Fribourg

27 février 2019 21:10; Act: 27.02.2019 22:57 Print

Pas de grève en lien avec la réforme des pensions

Dans le cadre de l'assainissement de la Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat de Fribourg, les discussions ont suffisamment avancé pour ne plus envisager de grève.

storybild

En l'état, la question d'une journée d'action et de grève ne devrait pas revenir sur la table avant le mois de mai. (Photo: Twitter)

Une faute?

La fonction publique du canton de Fribourg ne se mettra pas en grève pour le moment. Le personnel a voté mercredi soir en faveur d'une poursuite des discussions dans le cadre de l'assainissement de la Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat de Fribourg (CPPEF).

Les employés de l'Etat de Fribourg se sont réunis «dans une ambiance apaisée» en assemblée générale à Givisiez (FR), précise la Fédération des associations du personnel des services publics du Canton de Fribourg (FEDE) dans un communiqué.

Ils ont longuement écouté les responsables de la FEDE et du Syndicat des services publics (SSP) venus leur décrire la situation des négociations engagées avec la délégation du Conseil d'Etat.

Selon la FEDE et le SSP, les discussions ont suffisamment avancé pour ne plus envisager pour l'heure des mesures supplémentaires, comme la journée d'action et de grève évoquée pour le 13 mars. Des propositions ont été formulées en vue de réduire l'ampleur des baisses de rentes prévues avec la réforme de la CPPEF, qui compte plus de 19'000 assurés.

Au-delà du 15 mars

Les pourparlers s'étendront au-delà de la fin de la procédure de consultation du projet de révision de la CPPEF, le 15 mars. Il y aura une suite aux discussions engagées récemment, dont la dernière séance remonte à lundi. Serré, le calendrier initial, divulgué lors de la présentation du projet à fin novembre dernier, est repoussé.

La délégation du Conseil d'Etat avait initialement l'intention de proposer son projet de réforme de la Caisse de prévoyance au Grand Conseil en juin. Elle prendra désormais «le temps nécessaire pour traiter le dossier. C'était l'une des revendications centrales des associations membres de la FEDE et du SSP», rappelle le communiqué.

Manifestation d'une heure

En l'état, la question d'une journée d'action et de grève ne devrait pas revenir sur la table avant le mois de mai. La grande manifestation, qui a rassemblé entre 3000 et 4000 personnes mercredi dernier en ville de Fribourg, a néanmoins prouvé la détermination du personnel, a indiqué une source proche de dossier à Keystone-ATS.

Dans ce contexte, les associations ont décidé de manifester «très pacifiquement», durant une heure, le 30 avril de 09h00 à 10h00 sur leurs lieux de travail, pour que les collaborateurs puissent partager leurs préoccupations avec la population, précise la FEDE.

La révision menée par le conseiller d'Etat Georges Godel, en charge des finances, vise à se conformer à la législation fédérale, qui impose d'atteindre un taux de couverture de 80% d'ici à 2052. La CPPEF n'en est pas si éloignée, mais la situation tend à se dégrader. D'où le projet gouvernemental engagé depuis plusieurs mois maintenant, induisant le bras de fer actuel.

Enveloppe mieux garnie

Le projet s'appuie sur trois variantes pour réduire l'impact négatif sur les assurés les plus âgés. Il prévoit la baisse du taux d'intérêt technique (rendement moyen espéré) d'un point à 2,25% et le passage du régime de la primauté des prestations à celui de la primauté des cotisations, qui constitue désormais la norme en Suisse.

La révision propose encore, avec l'une des variantes notamment, une recapitalisation partielle de 350 millions de francs sous la forme d'une avance de cotisations de l'employeur. Des baisses de rentes de plusieurs centaines de francs par mois, dans certains cas, se profilent toutefois, d'où la revendication syndicale de voir l'enveloppe de l'Etat davantage garnie.

(nxp/ats)