Viol en commun à Rossens(FR)

28 avril 2010 18:56; Act: 28.04.2010 19:05 Print

Peine confirmée pour un des protagonistes

Un des protagonistes d'un viol commis en commun en février 2006 à Rossens (FR) a été condamné mercredi à 30 mois de prison, dont 12 mois ferme.

Une faute?

Le jeune Turc âgé de 23 ans n'a pas vraiment gagné au change. Non seulement sa peine a été confirmée, mais le TC aurait bien voulu l'aggraver. Il a écopé mercredi à 30 mois de prison, dont 12 mois ferme. Le solde est assorti d'un sursis de 4 ans. Le Tribunal cantonal (TC) a ainsi confirmé le jugement de première instance.

Il ne l'a pas pu car le Ministère public n'avait pas fait recours contre le jugement du tribunal d'arrondissement de la Sarine de juillet 2008. La cour cantonale ne pouvait donc que confirmer ou diminuer la peine, mais pas l'augmenter.

Co-auteur et non seulement complice

Le jeune homme ne contestait pas la condamnation pour viol commis en commun. Il avait fait recours contre celle de complicité de contrainte sexuelle commise en commun. Selon lui, il n'avait pas assisté lorsqu'un des comparses avait forcé la victime âgée d'un peu moins de 18 ans à lui faire une fellation alors qu'elle avait essayé de trouver refuge aux toilettes.

Les témoignages sont pourtant concordants. Il a suivi la scène après avoir ouvert la porte et il a rigolé alors que la victime pleurait. De l'avis du TC, il a été non seulement complice mais co-auteur des faits.

Une soirée voulue

Tous les protagonistes ont été co-auteurs de tous les actes commis au cours de cette soirée annoncée comme «spéciale», a dit le président du tribunal Alexandre Papaux. Ils l'ont voulue, l'ont organisée, ont fait en sorte que les choses se passent tel qu'elles se sont déroulées.

Ils ont fait boire la victime en sachant qu'elle ne supportait pas l'alcool, qui la rend amnésique. Ils le savaient car la jeune fille avait déjà été victime d'un viol en commun en 2005.

Violeur et tourmenteur

La faute de l'accusé est «lourde». Après les faits, il a en outre tourmenté la victime, l'a menacée et insultée, allant jusqu'à lui faire craindre qu'elle avait contracté le sida.

L'accusé a en revanche eu plus de succès sur le plan civil. Le TC a partiellement admis son recours et diminué le montant qu'il doit à la victime pour tort moral de 20'000 à 15'000 francs.

Un protagoniste du viol en commun commis sur la même jeune fille en 2005 comparaît jeudi devant le TC. Il a aussi fait recours contre sa peine.

(ats)