Valais

09 octobre 2015 11:58; Act: 09.10.2015 12:59 Print

Plaintes contre l'évêque Vitus Huonder classées

Le Ministère public a estimé que les conditions n'étaient pas remplies dans les plaintes pour incitation au crime ou à la violence contre le prélat qui avait tenu des propos homophobes.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Ministère public des Grisons a classé les plaintes déposées contre l'évêque de Coire, Vitus Huonder, après ses déclarations sur les homosexuels. Pink Cross et deux privés avaient déposé une plainte contre le prélat.

Le Ministère public classe les plaintes pour incitation publique au crime ou à la violence (article 259 du Code pénal), a-t-il indiqué vendredi. Il estime que les conditions ne sont pas remplies pour un renvoi devant le tribunal ou une condamnation.

Satisfaction de l'évêché

L'évêque de Coire a fait part de sa «satisfaction» après l'annonce du classement des plaintes. Dans un communiqué, son service de presse dit que, comme on pouvait s'y attendre, les reproches formulés contre l'évêque se sont révélés infondés. L'évêché se réserve le droit de revenir sur cette affaire une fois que le jugement sera entré en force, soit au plus tôt dans dix jours.

Lors d'une intervention à Fulda (D), Vitus Huonder, 73 ans, a cité des passages de la Bible «condamnant à mort» les auteurs «d'abominations» que sont les personnes qui «couchent» avec des individus du même sexe. Ces propos tirés du texte du Lévitique de l'Ancien Testament ont provoqué un tollé.

Explications et excuses

L'évêque a d'abord affirmé avoir été mal compris. Puis il a donné des explications compliquées sur le sens de ses propos, avant de s'excuser «auprès de toutes les personnes qui se sont senties blessées par mon discours, en particulier auprès des personnes de sensibilité homosexuelle».

La Conférence des évêques suisses (CES) a aussi réagi aux propos de l'évêque de Coire. «L'Eglise est ouverte à tous les hommes», a indiqué la CES, et «accueille inconditionnellement chaque personne dans sa dignité intangible aux yeux de Dieu, indépendamment de son orientation sexuelle», soulignait encore la CES.

(nxp/ats)