Guérisseurs

15 avril 2009 12:42; Act: 15.04.2009 12:44 Print

Plus de 40 000 exemplaires d'un livre romand vendus en cinq mois

Plus de 40 000 exemplaires: tel est le bilan des ventes de «Guérisseurs, rebouteux et faiseurs de secrets en Suisse romande» cinq mois après sa parution.

Une faute?

Le succès de l'ouvrage de la Fribourgeoise Magali Jenny provoque l'étonnement jusque dans les médias français.

Sorti en automne dernier, le livre en est à sa sixième réédition. «Au début, j'étais persuadée que l'on aurait de la peine à écouler les 6000 premiers exemplaires. Ils sont partis en moins d'une semaine», s'étonne l'auteure dans une interview au quotidien «La Liberté».

Et de justifier l'engouement des Romands par le répertoire d'adresses de guérisseurs inclus dans le livre. La jeune ethnologue fribourgeoise évoque comme autres explications la fin du tabou frappant les «autres manières de se soigner» ainsi que le succès croissant des traitements alternatifs.

Même dans les hôpitaux

Pour rappel, Mednat, le salon des médecines naturelles, a accueilli cette anné un nombre de visiteurs en augmentation de 4%. Considérée comme l'un des temps forts de la manifestation lausannoise, la conférence qu'y a donnée Mme Jenny a réuni près de 500 personnes.

En Suisse romande, même les milieux médicaux croient en l'efficacité des guérisseurs. L'hôpital cantonal de Fribourg met à disposition une liste de personnes possédant le «secret» du sang, des brûlures ou de la peau. Parfois, son personnel soignant fait lui-même appel à l'une d'entre elles pour soulager un malade. Toujours avec l'accord de la famille, précise l'établissement.

Le recours à de telles pratiques étonne outre-Sarine, «où la situation semble bien différente», selon Mme Jenny. Les médias français ont entrepris de se pencher sur ce phénomène. Alors que «Le Figaro» a consacré un article à l'ouvrage de la Fribourgeoise, une chaîne de télévision de l'Hexagone l'a contactée dans le cadre d'un reportage sur le thème des guérisseurs en Suisse romande.

Ces derniers n'ont plus le temps de souffler depuis la publication du livre. «Certains reçoivent plus de 100 appels par jour», soit environ dix fois plus qu'avant, note l'ethnologue. Les plus sollicités d'entre eux sont ceux qui détiennent le «secret» du sang, des brûlures et de la peau.

(ats)