Suisse romande

12 février 2019 16:05; Act: 12.02.2019 16:08 Print

Professionnaliser la curatelle en Valais

L'actuel système de milice n'est plus adapté à la complexité grandissante des questions liées à la protection de l'enfant et de l'adulte, estiment les autorités valaisannes.

storybild

Le conseiller d'Etat Frédéric Favre n'a pas exclu que le projet puisse provoquer un débat sur une éventuelle cantonalisation de la curatelle. (Photo: Keystone)

Une faute?

Conseiller d'Etat en charge de la justice, Frédéric Favre a présenté mardi les adaptations que le gouvernement valaisan mettra prochainement en consultation. Il y a une augmentation des plaintes à l'encontre des autorités de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA), a dit M. Favre. Les plaignants interviennent avec des avocats alors que souvent les membres des APEA sont des miliciens. Raison pour laquelle le Valais veut professionnaliser la curatelle.

Différentes mesures ont déjà été prises. Le conseiller d'Etat souhaite aller plus loin. Il entend proposer de réduire le nombre d'APEA de 23 à 9. Ce chiffre serait plus conforme aux systèmes en vigueur dans la plupart des autres cantons suisses, selon M. Favre.

Vers une chambre des curatelles

La présidence de chaque APEA doit être confiée à une personne au bénéfice d'une formation juridique. Le conseiller d'Etat veut aussi pouvoir étendre le champ de surveillance de l'Etat. Il proposera également la création d'un poste de juge cantonal supplémentaire afin de permettre la mise en place d'une chambre des curatelles.

Frédéric Favre n'a pas caché que ces modifications engendreraient des coûts supplémentaires pour certaines communes. Le canton financera une étude sur ces coûts. «Mais ils ne changeront pas la vision de professionnalisation des APEA», a-t-il dit. Le conseiller d'Etat n'a pas exclu que le projet puisse provoquer un débat sur une éventuelle cantonalisation de la curatelle.

(nxp/ats)