Valais

15 avril 2019 06:59; Act: 15.04.2019 06:59 Print

Quand les DJ fument sur scène, le public les imite

par Frédéric Nejad Toulami - Le tabagisme passif est prohibé dans les lieux clos publics depuis 10 ans. Mais la législation n’est pas respectée lors de certaines soirées.

storybild

Lors dévénements, artistes et spectateurs clopent parfois illégalement. (Photo: Caprices Festival)

Sur ce sujet
Une faute?

«L’odeur très forte de tabac et de cannabis m’a choquée dès que je me suis retrouvée sous la tente du Moon. J’ai été très étonnée de voir autant de gens fumer à l’intérieur, alors qu’il y avait un espace fumeurs juste à côté de l’entrée. Personne ne les en empêchait, je trouve ça un peu hypocrite.» Magali décrit ainsi la situation qui régnait vendredi soir sous le chapiteau principal du Caprices Festival, à Crans-Montana. Elle a adoré l’ambiance mais a regretté les désagréables émanations sur place et la passivité du service d’ordre.

Pourtant, la législation interdisant la fumée passive s’applique depuis 10 ans dans les espaces publics fermés en Valais, y compris dans le cadre de ce festival. «Comme pour tout événement, y compris le nôtre, de nombreuses personnes ne respectent pas la réglementation, explique Kerol Kollom, porte-parole du Caprices. Le personnel de sécurité est au courant de la loi et l’applique. Il encourage les fumeurs à se rendre dans la zone autorisée ou à éteindre la cigarette.»

Agents de sécurité indulgents

Mais force est de constater que ça ne se passe pas ainsi dans les faits. «Il faut dire qu’ici ou ailleurs, c’est difficile à gérer pour des organisateurs quand un grand nombre de clopes apparaissent en cours de soirée, constate un observateur avisé. La sécurité se montre alors indulgente pour ne pas se mettre à dos une partie de la salle.» De plus, de nombreux DJ fument sur scène, à la vue de tous. «Mais qui oserait leur faire une remarque et prendre le risque qu’ils quittent la salle?»

(FNT)