Suisse

12 janvier 2018 12:10; Act: 13.01.2018 19:06 Print

Rail: la Romandie s'estime désavantagée

Associations et ministres estiment que la répartition des investissements entre les régions n'est pas équitable et souhaitent une augmentation de l'enveloppe financière.

storybild

Le renoncement au doublement de la voie du tunnel du Lötschberg fait l'objet de vives critiques en Suisse romande. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse romande n'est pas suffisamment prise en compte et le doublement du tunnel du Lötschberg doit être inclus dans le paquet. Telles sont les principales réactions aux plans du Conseil fédéral pour l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire.

Le Conseil fédéral veut investir 11,5 milliards de francs dans l'infrastructure ferroviaire à l'horizon 2035, principalement dans la région zurichoise et l'Arc lémanique. Il a aussi mis sur la table une version moins ambitieuse (7 milliards), qui n'a pas sa préférence ni celle des acteurs consultés.

Plusieurs d'entre eux estiment que la variante la plus onéreuse est un minimum. Pour la Conférence des directeurs cantonaux des transports publics (CTP), le grand paquet est «absolument nécessaire».

L'organisation de défense des intérêts des usagers Pro Rail et la Conférence des transports de Suisse occidentale (CTSO) suggèrent même d'augmenter l'enveloppe à 13 milliards. Pour la CTSO, «tous» les projets-clés de la Suisse occidentale pourraient ainsi être intégrés au paquet.

Suisse romande mécontente

Elle estime en effet que la répartition des investissements entre les régions n'est pas équitable. Alors que la Suisse occidentale représente 40% des habitants, des emplois, de la superficie géographique et du réseau ferré, seuls 21% des 11,5 milliards prévus par le Conseil fédéral lui sont consacrés.

«Ce n'est pas acceptable», écrivent la CTSO et Ouestrail. Toutes deux rappellent que la Suisse occidentale est toujours en cours de rattrapage de son retard dans le développement de l'offre et des infrastructures ferroviaires. Pro Rail dénonce pour sa part une focalisation trop importante sur l'agglomération zurichoise et l'Arc lémanique.

Large soutien pour le Lötschberg

Le renoncement au doublement de la voie du tunnel du Lötschberg fait l'objet de vives critiques. De nombreux acteurs, dont l'entreprise de transports BLS, l'Union des transports publics (UTP), Pro Rail, ainsi que les principaux cantons concernés, l'UDC, le PDC, le PS, les Verts et les Vert'libéraux exigent que ce projet soit inclus dans le paquet de mesures.

L'aménagement d'une seconde voie porte essentiellement sur la mise en place de l'équipement ferroviaire dans le tronçon de tunnel déjà excavé. Un avant-projet existe et les travaux pourraient débuter en 2020, explique le Comité du Lötschberg. Pour lui, «un délai supplémentaire est insensé».

En tant qu'alternative au Gothard, le tunnel du Lötschberg est important pour la redondance du réseau; élément indispensable pour éviter la paralysie en cas d'incident comme l'a rappelé l'interruption l'an passé durant plusieurs semaines de la ligne ferroviaire entre Bâle et Karlsruhe (D).

Cet argument a été avancé par plusieurs acteurs, dont le comité du Lötschberg, l'UDC, le PS et les Verts. Ces derniers et le PS relèvent également que l'aménagement du tunnel du Lötschberg, et l'augmentation de capacités qui en résultera, est indispensable pour respecter l'objectif de limiter à 650'000 le nombre de camions qui traversent les Alpes chaque année.

Coûts d'entretien

De leur côté, les CFF soutiennent la décision du Conseil fédéral de repousser l'aménagement du Lötschberg. Ils estiment que la rentabilité du projet doit encore être améliorée afin que les transports publics restent accessibles.

Les CFF ont à l'esprit les frais d'entretien qu'entraînerait un tel projet: quatre millions par année pour un investissement de 100 millions de francs. La question des frais d'entretien préoccupe également les Vert'libéraux et le PLR.

Pour ce dernier, il est primordial qu'ils soient pris en compte dans le paquet de mesures. Les Vert'libéraux estiment que de nouvelles infrastructures ne doivent être construites que lorsqu'elles bénéficient au plus grand nombre et qu'il n'existe pas de solution numérique ou meilleur marché.

Incompatible avec la mobilité du futur

A contre-courant de tous, l'UDC rejette en bloc les deux variantes proposées par le Conseil fédéral. Selon elle, il convient surtout d'investir progressivement dans les lignes longues distances, rentables. La majeure partie de l'infrastructure ferroviaire coûte cher aux CFF et par conséquent à la Confédération, écrit-elle.

Pour l'UDC, la mobilité, en particulier régionale et urbaine, se développe dans une autre direction: voitures et bus autonomes, autopartage etc. Ces évolutions nécessitent plus de routes et de places de parc et non pas davantage de rails, souligne le parti.

Pour leur part, le PS et le PDC demandent que les hausses de tarifs soient évitées autant que possible afin de maintenir l'attractivité du transport ferroviaire. L'Association des communes suisses, Pro Rail, les Verts et le PS saluent la décision de donner la priorité aux gains de capacités plutôt que de temps. Pour le PLR, cela ne doit toutefois pas occulter le besoin de mieux répartir la demande.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jpc le 12.01.2018 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Suisse, un bateau en dérive

    Normal, Le conseil Fédéral préfère soccuper de nos assiettes en réglementant la mort des homards que de soccuper de léquilibre de la Suisse et de sinquiéter de la dégradation des conditions de ses citoyens

  • Jurg le 12.01.2018 12:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    no coment

    nous sommes désavantagés c'est certain, sauf pour les tarifs là je vous rassure ont en prends pleins la tronche ont ne nous oublie pas.

  • Rail Lebô le 12.01.2018 13:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un exemple

    Ya as photo: 55 Minutes pour Zürich Berne (110 km) et 75 Minutes pour Berne Lausanne (95 km)

Les derniers commentaires

  • Toujours Pareil le 14.01.2018 17:40 Report dénoncer ce commentaire

    Histoire de pognon

    La Romandie n'a qu'a demander un soutien à Billag

  • KingstonSheyguey le 14.01.2018 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ABE

    Je ny ai jamais pensé mais cest vrais que de notre côté le Rail est moins attirant !

  • alfred le 14.01.2018 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ....

    Le train c'est comme les autoroutes....c'est toujours à l'est de la Suisse qu'elles se construisent et lorsque l'on se plaint on nous répond que nous ne sommes pas assez écolo...le dernier qui s'est ouvertement foutu de nous c'est Leuenberger pour la troisième voie autoroute Genève-Lausanne....

  • Maxime Saudan le 14.01.2018 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sacrifier les routes pour les railles

    le problème c'est jours en train d'investir dans le raille vu que les cff se sont contentés pendant des dizaines d'années uniquement d'encaisser sans investir. maintenant l'état ouvre le porte monnaie pour les railles en sacrifiant les routes. et dans quelques années nos routes seront comparable à ce qu'on trouve en France...

    • Ale le 14.01.2018 13:36 Report dénoncer ce commentaire

      ??!

      D'où tirez vous l'information que les cff n'ont pas investi pendant des dizaines d'années? Vous avez une idée du sujet ou vous parlez juste pour dire quelque chose?

    • compli le 14.01.2018 14:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Maxime Saudan

      Les routes ne sont pas si mauvaises en France. Il y a beaucoup de routes dites nationales ou même départementales qui sont toutes aussi bien que nos autoroutes suisses. Quand aux autoroutes françaises, elles sont la plupart beaucoup plus agréables à rouler que chez nous sans être tout le temps chicané par par de nombreux chantiers. Clair que ça un coût, puisque les péages français sont beaucoup plus chers que nos petites vignettes à 40 fr.

  • Chalouve le 13.01.2018 13:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mauvaise gestion

    S'ils faisaient des travaux avec une image sur le long terme, on économiserait. comme pour les routes, les travaux des cff sont déjà insuffisant une fois fini tellement la population augmente vite... Résultats, toujours en travaux, jamais efficace et ça coûte un bras

    • Michael Bond le 13.01.2018 17:06 Report dénoncer ce commentaire

      Démographie

      Si la population augmente si vite, c'est que l'immigration n'est pas maîtrisée comme l'a exigé le peuple suisse. Au contraire, elle est favorisée. Et tout cela à nos frais et à celui de paysages toujours plus bétonnés !

    • Achile Talon le 14.01.2018 18:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Michael Bond

      Si la population augmente si vite c'est parse qu'il faut des impôts et des cotisations pour les rentes de ceux qui sont assistés, confortablement chez eux. Coloniser chez soi les étrangers c'est ça ?!? Ah la la tout fiche le camp.... plus de saisonniers, de permis À et B ...ça c'était de la circulation des personnes non?pfffff nul votre commentaire et tellement propagandiste...