Police jurassienne

11 février 2011 09:24; Act: 11.02.2011 14:24 Print

Theubet n'est plus commandant

Suspendu par le gouvernement jurassien, le chef de la police cantonale va quitter son poste, après un accord passé avec son employeur.

Sur ce sujet
Une faute?

Le commandant de la police cantonale jurassienne, suspendu depuis plus de six mois en raison d'accusations d'abus d'autorité, quitte son poste. Henri-Joseph Theubet et le gouvernement ont négocié une convention de départ comportant une clause de confidentialité.

Pour le gouvernement et M. Theubet, la signature d'une convention de départ avec effet au 28 février constitue la «meilleure issue» à une situation qui fragilisait le corps de police, a estimé vendredi le canton. Une réintégration du commandant de la police toujours en arrêt maladie, n'était plus possible aux yeux des autorités.

Instruction en cours

L'accord annoncé vendredi met aussi fin aux procédures ouvertes par le gouvernement contre M. Theubet mais pas à celles menées par le Ministère public. Le chef de la police fait toujours l'objet d'une enquête pour abus d'autorité.

Cette instruction menée par le procureur général va encore prendre plusieurs mois. Elle peut déboucher sur le classement de l'affaire, une ordonnance pénale ou le renvoi devant un tribunal. L'accord signé ne constitue en aucune manière une quelconque reconnaissance de responsabilité du haut fonctionnaire, souligne l'exécutif.

Interrogé par la Radio Suisse Romande, Henri-Joseph Theubet s'est dit «serein» et «convaincu de n'avoir commis aucune infraction».

Restaurer la confiance

Le départ du commandant doit mettre fin à une affaire qui a créé un climat délétère au sein d'un corps de police cantonale divisée. Le gouvernement espère à présent y restaurer la sérénité pour lancer un projet réforme «Police 2015» préconisé par un audit réalisé en 2010. Reste encore à désigner un nouveau commandant pour succéder à M. Theubet qui fut huit ans à ce poste.

Cette affaire a également failli coûter au ministre de la police sa réélection l'automne dernier. Charles Juillard avait été accusé par certains élus d'attentisme dans l'affaire du malaise au sein de la police. A relever aussi que dans cette affaire, les protagonistes sont tous membres du PDC: l'ancien procureur Arthur Hublard qui a lancé les accusations d'abus d'autorité et de mobbing, le chef de la police et le ministre.

(ats)