Nord vaudois

01 février 2019 09:11; Act: 01.02.2019 11:51 Print

Un couple au social laisse sa logeuse dans la mouise

par Xavier Fernandez - En «récompense» de sa bonne action, une quinquagénaire n'a récolté que des loyers impayés, une quantité invraisemblable de détritus et des excréments.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Louise* est déprimée. Elle comptait sur les rentrées liées à la location d'un appartement pour boucler ses fins de mois. Et elle pensait même faire une bonne action en donnant un toit à un couple dans le besoin. Mais en définitive, elle a surtout récolté des problèmes et des montagnes de déchets.

L'origine de son calvaire remonte à 2016. À l'époque, parmi différents dossiers de personnes désirant louer son appartement, Louise a choisi celui d'un couple touchant le revenu d'insertion (RI). «Vu que le loyer devait être versé directement par le Centre social régional (CSR) Jura-Nord vaudois, j'ai cru que je ne prenais pas de risque», se rappelle-t-elle.

Très vite, des problèmes de voisinage sont toutefois apparus. «Les locataires laissaient traîner, des semaines entières, des casseroles au contenu moisi sur leur fenêtre, des détritus aux abords de l'appartement, des véhicules sans plaques sur la route et d'autres objets encombrants à côté de ceux-ci», décrit la fille de Louise.

Un long combat

Un bras de fer s'est alors engagé entre la bailleresse et le couple, qui, en réponse, a cessé de payer son loyer. «Lorsque j'ai protesté auprès du CSR, on m'a appris que la femme touchait désormais une prestation de l'assurance invalidité et donc qu'il lui appartenait de me verser l'argent. Mais le CSR m'avait promis, par écrit, que tout changement de situation me serait annoncé, ce qui n'a pas été fait», raconte Louise.

Au vu de la situation, elle n'avait dès lors d'autre choix que d'expulser ces mauvais payeurs. «Mais entre les démarches administratives, les rendez-vous auxquels le couple ne se présentait pas et d'autres difficultés, il m'a fallu huit mois pour les faire partir.»

Des excréments jusque sur les murs

Ainsi, ce n'est qu'en octobre 2018 que les locataires ont quitté les lieux. Et lorsque Louise a découvert l'état de l'appartement, elle n'a pu s'empêcher de pleurer. «La cuisine et la salle de bains n'avaient jamais été nettoyées. Il y avait de la saleté partout, des excréments au sol et sur les murs, ainsi que des centaines de litres d'ordures, y compris des serviettes hygiéniques usagées traînant çà et là.»

Entre les loyers impayés, les travaux de remise en état, et l’impossibilité de relouer son appartement à court terme, Louise ne s'en sortait plus financièrement. «Je n'ai même pas les ressources nécessaires pour les travaux, estimés à plus de 11'000 francs. Je ne sais plus comment faire», se désole la quinquagénaire.

Dans un premier temps, le CSR a promis de faire le nécessaire, mais l'organisme s'est ensuite rétracté, renvoyant Louise vers la justice civile. Mais les protestations de la logeuse ont fini par payer. Le dossier a été repris début janvier par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), qui a proposé de «payer, à titre exceptionnel, la facture de remise en état de l’appartement, sans attendre la position définitive de l’assurance RC de la locataire», annonce Fabrice Ghelfi, directeur général de la DGCS.

Les loyers impayés ne sont en revanche pas du ressort des services sociaux. Si ces derniers admettent que la propriétaire n'a pas été avisée du changement de situation de la locataire, les règlements en vigueur empêchent toute intervention. Néanmoins, Louise a pu, en passant par un huissier, récupérer la caution et ainsi rentrer un peu dans ses frais.

* Prénom d'emprunt

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Albertine Vauthey le 01.02.2019 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Yaka

    Donnez leur encore un peu plus à ces gens malhonnêtes!

  • bardock le 01.02.2019 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    s'aider soi-même

    Les gens ne méritent plus qu'on les aide, c'est pas étonnant qu'on devienne une société de plus en plus égoïste en voyant ce genre de cas.

  • Alors au social! le 01.02.2019 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de chance dans la vie

    En fait, c'est l' Etat qui paiera, donc le contribuable. Et ce couple doit bien rigoler...

Les derniers commentaires

  • Zala le 02.02.2019 20:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ambiance délétère

    J'accuse les services sociaux de pousser et de maintenir plus de 40% des gens qui y atterrissent (entre autres les rejets de l'AI qui a réduit de moitié les dossiers acceptés pour satisfaire aux nouveaux quotas fixes et en se fichant de l'état réel des personnes et qui savent coupablement que ces gens sont inreplaçables professionnellement) à la désespérance et de les traiter comme des criminels par défaut, pas étonnant que certains finissent par agir comme tel.

  • Patricia le 02.02.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas confondre

    Les services sociaux organisés versent le loyer directement au propriétaire et s'assurent que la RC ménage est payée. Ne pas confondre les cas sociaux qui bénéficient du social et les gens dont la vie a basculé et qui se retrouvent au social. En l'occurrence là tout est un scandale et je suis désolée pour la propriétaire, c'est injuste pour une personne qui a eu la gentillesse de donner une chance. Je suis pour un bail garanti par les services sociaux (ou autre) cela règlerait bien des soucis

  • Niko mouque le 02.02.2019 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    Proprio

    La bailleresse... Ouais la propriétaire quoi. Toujours à vouloir chercher des mots du 20 ème siècle.

  • Daniel Dumartheray le 02.02.2019 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur

    Mon Dieu le monde va très mal, aucun respect. Madame bravo pour votre engagement que de désillusion

  • Sophie Jaquier le 02.02.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    Plus jamais

    Plus jamais être gentille ! J'ai fait une expulsion ! En plus le tribunal m'a chicané sur une broutille , j'ai pu tout recommencer pendant que Monsieur ne payait pas depuis 2 ans et quebla police tentait de le retrouver .Plus tard, J'ai demandé à sa curatrice de Payer les bennes ! Niet ! Y'a de quoi pleurer quand on se retrouve face à ça ! Tout est foutue salle de bain - cuisine ....