Scandale à Neuchâtel

09 mars 2011 08:23; Act: 09.03.2011 11:15 Print

Un employé de l'Etat abusait de ses employées

Un employé de l'Etat neuchâtelois est soupçonné de harcèlement sexuel sur ses collaboratrices. Le gouvernement, au courant de cette affaire, n'a pas réagi.

storybild

Au Château, on a préféré taire les agissements d'un employé indélicat. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le gouvernement neuchâtelois savait, mais a préféré se taire. Un employé soupçonné de harceler sexuellement ses collaboratrices a été récemment suspendu de ses fonctions, alors que l'Etat était au courant de ses agissements depuis plus d'un an, révélait mardi soir la TSR.

Dans des documents que la télévision s'est procurée, l'individu proposait à ses collaboratrices des horaires arrangés contre des faveurs. Il aurait même offert des boules de geishas à une femme partant en congé maternité. Il possédait également un moulage de ses attributs sur son bureau.

L'homme, désormais sous enquête administrative, travaillait au sein du Service de surveillance et des relations au travail (SSRT), dans lequel travaillait la maîtresse de l'ex-conseiller d'Etat en avait parlé à ses collègues du Conseil d'Etat. Sans résultat. Peu après, ce qui allait devenir «l'affaire Hainard» éclatait et reléguait au second plan ces harcèlements.

Contacté par la TSR, Jean Studer, alors président du Conseil d'Etat et informé de cette déviance, a refusé de s'exprimer.

(cbx)