Valais

02 juillet 2014 13:53; Act: 02.07.2014 17:09 Print

Un nouvel acteur dans le ciel du sauvetage

L'offre pour le sauvetage en Valais s'étoffe. Une nouvelle compagnie souhaite se lancer dans ce secteur. Elle a présenté son nouvel appareil mercredi à Sion.

Vidéo: 20minutes
Une faute?

Active dans le transport de personnes, notamment de VIP, la compagnie valaisanne Héli-Alps se lance dans le sauvetage. Elle a acquis pour cela un hélicoptère Bell 429, présenté en grande pompe mercredi à Sion. Une collaboration avec Air-Glaciers est prévue.

L'hélicoptère, construit par l'américain Bell, cumule les fonctions. Il a la capacité unique en Suisse de servir à la fois au sauvetage et au transport de passagers pour le business et les loisirs.

Dans le domaine du sauvetage, il sera utilisé pour les transferts de blessés d'un hôpital à un autre. Sa caméra infrarouge permettra aussi de rechercher des personnes égarées, voire des fugitifs.

La machine, dévoilée officiellement devant de nombreux invités, a coûté quelque 7 millions de francs. Elle permettra notamment d'effectuer le trajet Sion-Monaco en 50 minutes. La compagnie l'a financée «grâce aux banques et à l'aide de Dieu», sourit son président et directeur Francis Sermier.

Dans un second temps, Héli-Alps ambitionne de réaliser du sauvetage proprement dit, sur le terrain. Pour cela, elle espère compléter sa flotte d'un deuxième Bell équipé notamment d'un treuil.

Collaboration avec Air-Glaciers

Dans cette aventure, la société ne fait pas cavalier seul. Elle développe une collaboration avec la compagnie valaisanne de sauvetage Air-Glaciers.

«Nous mettrons à leur disposition le Bell et l'équipage, et leurs pilotes viendront se former chez nous», indique Francis Sermier. De son côté, Air-Glaciers devrait fournir le personnel médical lors des transferts.

Pour le sauvetage dit secondaire, soit les transferts de blessés, les deux compagnies collaboreront rapidement. Pour le sauvetage directement sur le terrain, «la collaboration sera effective dans deux ou trois ans», estime Bruno Bagnoud, patron d'Air-Glaciers.

(ats)