Saint-Gingolph (VS)

17 juillet 2018 18:33; Act: 18.07.2018 08:48 Print

Ils assistent impuissants à la noyade d'un pêcheur

Une petite embarcation s'est retournée mardi, à proximité du restaurant le Rivage. Sur les trois occupants, seuls deux ont survécu.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Du soleil, le lac et une belle terrasse. Les clients du restaurant le Rivage à Saint-Gingolph pensaient passer un après-midi idyllique, mardi. Mais, vers 15 h 20, un drame s'est produit sous leurs yeux.

A proximité du ponton, une embarcation de pêche a chaviré et ses trois occupants se sont retrouvés à l'eau. «Deux d'entre eux sont parvenus a regagner la rive par leurs propres moyens», explique Steve Léger, de la Police cantonale valaisanne. Mais le troisième a disparu dans les flots.

Une partie des nombreux témoins ont rapidement alerté les secours, alors que les autres se sont jetés à l'eau pour essayer de porter secours au malheureux. Mais rien n'y a fait, il demeurait introuvable.

Un important dispositif s'est alors mis en place. La police cantonale était arrivée avec une voiture et un bateau, et une patrouille de la police intercommunale était là en soutien. Deux ambulances et le SMUR ont été mobilisés, ainsi que le groupe de secours aquatique du Bas-Valais des pompiers du CSI Haut-Lac. En marge, le bateau de sauvetage de Saint-Gingolph et celui des gardes-frontière ont aussi été appelés. Pour finir, un drone des pompiers a survolé la zone pour retrouver le pêcheur.

Malgré tout, cet homme de 74 ans domicilié dans le Valais central n'a pas pu être sauvé. «Nous ne savons pas pourquoi le bateau a chaviré. Une enquête a été ouverte pour le déterminer», poursuit Steve Léger. Lorsque son corps a pu être extrait du Léman, les secours ont, en vain, tenté de le réanimer. Il était déjà trop tard.

«Nous étions tous choqués. Tout est allé très vite», explique un témoin. «J'ai néanmoins trouvé bizarre qu'un périmètre de sécurité ait été établi au niveau de la terrasse du restaurant, alors que de l'autre côté les bateaux de la CGN continuaient de passer comme si de rien n'était», poursuit notre interlocuteur. Selon ce dernier, l'opération a duré environ une heure.

(xfz)