Crans-Montana (VS)

19 février 2019 15:28; Act: 20.02.2019 07:58 Print

Renforts de toutes parts sur le site de l'avalanche

Mardi après-midi une coulée a terminé sur une piste de la Plaine Morte. Quatre personnes ont été blessées et le pronostic vital de l'une d'elles est engagé.

Une faute?

Une avalanche s'est déclenchée mardi, peu avant 14h30, et a déboulé sur une piste balisée du domaine skiable de Crans-Montana (VS). La coulée, qui s'étend sur plusieurs centaines de mètres, aurait emporté plusieurs personnes, a indiqué la police cantonale valaisanne sur son compte Twitter.

En fin de journée, elle a indiqué que quatre personnes avaient été blessées, précisant que le pronostic vital de l'une d'elles était engagé. Les trois autres skieurs ont été moins sévèrement touchés. Cependant, d'autres victimes pourraient se trouver sous la coulée et les recherches se poursuivaient mardi soir.

La piste de la Plaine Morte était ouverte aux skieurs lorsque la masse de neige est descendue. Des hélicoptères ont été dépêchés sur les lieux et les secouristes se sont immédiatement mis à la recherche des personnes ensevelies. Le président de la commune, Nicolas Féraud, a indiqué au nouvelliste.ch qu'entre 10 et 12 personnes pouvaient se trouver sous la neige. Des membres des colonnes de secours, joints par le quotidien valaisan, ont expliqué que la couche de neige atteignait plus de 2 mètres, ce qui compliquait les recherches. D'autant que les skieurs ensevelis se trouvaient sur une piste balisée et n'étaient sans doute pas équipés de détecteurs utilisés par les amateurs de hors-piste.

Renforts militaires

Selon un témoin, des patrouilleurs sont partis en hélicoptère de la station voisine d'Anzère afin de prêter main forte à leurs collègues déjà sur place. D'autres, venus de Nendaz, les ont aussi rejoints. Les moniteurs des écoles de ski se sont également mis à disposition. Et une centaine de militaires, qui se trouvaient là pour préparer les épreuves de la Coupe du monde de ski féminine qui ont lieu ce week-end, ont également pris part aux opérations.

Interrogée par Keystone-ATS, la Fédération internationale de ski a du reste indiqué que «l'avalanche ne devrait a priori n'avoir aucune influence sur le déroulement des épreuves de Coupe du monde, surtout que la coulée a eu lieu loin des pistes où se dérouleront les courses». Cette information a ensuite été confirmée par Marius Robyr, président du Comité d'organisation des compétitions.

«Zone très exposée», selon un spécialiste

«On ne sait pas encore si l'avalanche est partie toute seule ou si elle a été déclenchée par des skieurs, ou une chute de blocs de pierre, indique le nivologue Robert Bolognesi. Quoi qu'il en soit, cette zone est toujours très surveillée car elle est très exposée, d'autant plus quand les températures montent et que l'ensoleillement est fort.»

Selon nos informations, les remontées mécaniques avaient décrété une fermeture précoce de cette zone à 14h45, mais la coulée est partie une quinzaine de minutes avant. «Il arrive que les pistes ferment en début ou en milieu d'après-midi en cas de risque d'avalanche, quand il fait chaud, poursuit Robert Bolognesi. Mais généralement, ça n'arrive pas avant le mois de mars ou avril. Aujourd'hui, cela indiquerait que la zone était effectivement déjà très surveillée.»

Mise en place de numéros d'urgence

Dans un communiqué, les remontées mécaniques de Crans-Montana ont confirmé l'avalanche, précisant qu'elle s'est produite sur la piste Kandahar, au lieu-dit Passage du Major. Elles indiquent qu'un de leurs patrouilleurs a donné l'alerte à 14h23.

Vers 17h, elles n'étaient pas en mesure de donner des précisions sur d'éventuelles victimes et ont annoncé avoir ouvert un numéro d'urgence: le 027 485 89 07.

La police cantonale valaisanne a également indiqué que sa Helpline était à disposition des proches et des familles concernées, au numéro 0848 112 117.

Skieurs priés de redescendre en cabine

«Ma femme montait en Funitel quand l'avalanche s'est déclenchée, raconte un témoin. Elle a tout de suite pensé que des personnes allaient se retrouver dessous, raconte un lecteur. Une fois au sommet, le personnel de la station lui a demandé de redescendre avec la télécabine.»

(mac)