Drame de Sierre (VS)

15 juillet 2014 09:49; Act: 16.07.2014 07:28 Print

Une reconstitution penche pour la thèse du suicide

Des parents des enfants tués dans l'accident de 2012 avaient demandé une nouvelle reconstitution. Les conclusions sont connues et contredisent celles de la justice valaisanne.

Voir le diaporama en grand »
07.03.2016 Dans son livre «La catastrophe de Sierre: 1 comprimé, 28 morts», un journaliste flamand affirme que la tragédie est due à un acte désespéré du chauffeur. 08.05.2015 Le recours déposé par onze parents de victimes de l'accident de car belge à Sierre (VS) contre le classement de la procédure pénale finira au Tribunal fédéral. Deux d'entre eux ont contesté la décision de la justice valaisanne de clore le volet pénal. 13.03.2015 Près de 130 proches des victimes de l'accident de car de Sierre ont participé vendredi, trois ans après le drame, à une cérémonie commémorative officielle en Valais. 11.03.2015 Une cérémonie aura lieu à Sierre vendredi en mémoire des 28 victimes, dont 22 enfants, de l'accident du car belge qui a eu lieu le 13 mars 2012. Un monument sera inauguré en présence de familles et des autorités suisses et belges. 12.04.2014 La presse belge a annoncé samedi que 14 parents d'enfants décédés dans l'accident de car survenu en 2012 près de Sierre (VS) ont fait appel à un bureau d'enquêtes pour passer en revue l'enquête suisse sur les causes de l'accident. Les experts devront vérifier si on peut parler d'un acte de désespoir du chauffeur de bus. 20.06.2013 Dénoncé pour violation du secret de fonction pour avoir diffusé la vidéo du quart d'heure qui suit l'accident de car de Sierre (VS), le chef de l'information de la police cantonale valaisanne Jean-Marie Bornet a été blanchi. 13.03.2013 Une célébration oecuménique a honoré la mémoire des 28 victimes de l'accident du car belge survenu il y a une année à Sierre (VS). 31.01.2013 Le Ministère public valaisan a rendu publiques trois images en 3D du car belge qui s'était écrasé contre un mur d'un tunnel de l'autoroute A9, à Sierre, le 13 mars 2012. Il a aussi livré le résultat de ses investigations, réalisées jusqu'à fin janvier. Vitesse et trajectoire du véhicule ont été confirmées. Le car ne roulait donc pas trop vite au moment du drame. A fin janvier, on ignorait encore si le chauffeur a fait un malaise ou non au volant. Les expertises médicales n'ont pas encore parlé. 30.08 Le chauffeur pourrait avoir eu un infarctus, selon un rapport du procureur valaisan en charge de l'enquête. 15.06 Les investigations sur l'accident de car à Sierre (VS) se concentrent désormais sur le chauffeur du véhicule, a déclaré vendredi à Bruxelles le premier procureur du Valais central, Olivier Elsig. 22.03 Une cérémonie en l'honneur des victimes s'est tenue à Louvain. Le prince Willem et la princesse Maxima des Pays-Bas ont assisté à la cérémonie. 21.03 La petite ville de Lommel, dans le nord de la Belgique, a rendu un hommage poignant à ses quinze enfants et deux adultes décédés dans l'accident de car de Sierre. 21.03 La délégation valaisanne emmenée par le président du conseil d'Etat, Jacques Melly (au centre), et la conseillère d'Etat Esther Weber-Kalbermatten (à droite) a rendu hommage aux victimes. «Toute la Belgique est triste, comme le sont nos voisins néerlandais», a déclaré le chanteur et présentateur de télévision très populaire en Fandre Bart Peeters, en ouvrant la cérémonie. 20.03 La journaliste et politologue bernoise choque la communauté belge avec un article «honteux» pour le pays. 16.03 Les dépouilles des vingt-huit victimes de l'accident d'autocar à Sierre (VS) ont quitté vendredi deux par deux l'aéroport de Melsbroek où elles avaient été rapatriées par l'armée belge. 16.03 Le rapatriement des dépouilles des victimes a débuté à 7h30 à l'aéroport de Sion. Les gardes d'honneur de la police du canton du Valais se sont placés en rang serré alors que les moteurs des avions militaires belges C-130 ont commencé à tourner. 15.03 Une marche de soutien a été organisée à Martigny jeudi soir. 15.03 Une conférence de presse s'est tenue sur les lieux du drame. Plus de 100 journalistes étaient présents. Des bougies ont été installées devant le mur percuté par le car. 16.03 Deux avions de transport C-130 «Hercules» de l'armée belge ont atterri à Sion jeudi en fin de journée. Ils vont rapatrier huit enfant blessés et leurs familles vers la Belgique. 16.03 Le parlement belge a rendu hommage aux 28 victimes de l'accident. Des reporters devant l'hôpital de Sion. Les Sierrois ont organisé un moment de recueillement au bord du lac de Géronde. Des bougies ont été allumées. La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf s'est elle aussi rendue en Valais. Elle s'est exprimée devant la presse à Sion aux côtés du Premier ministre belge Elio di Rupo, arrivé sur place en fin d'après-midi. Des personnes ont déposés des gerbes de fleurs à l'entrée du tunnel. 13.03.12 Un accident de car a fait 28 morts mardi soir dans un tunnel sur l'autoroute A9, à la hauteur de Sierre. La collision avec le bord du tunnel a fait aussi de nombreux blessés. Parmi les personnes décédées figurent au moins 22 enfants qui rentraient d'un camp de ski. Le véhicule était immatriculé en Belgique. D'importants moyens ont été engagés sur place, avec notamment l'intervention de la police, d'ambulances et d'hélicoptères. L'accident s'est produit dans le tunnel entre Sierre-Ouest et Sierre-Est. Il n'a pas provoqué d'incendie. Le car a apparemment heurté le côté gauche du tube, a dévié sur la droite et est allé s'encastrer dans une voie de secours à l'intérieur du tunnel.

Sur ce sujet
Une faute?

La reconstitution de l'accident de car de Sierre effectuée par le bureau néerlandais d'enquêtes forensiques IFS à la demande de familles de victimes, apporte de l'eau au moulin des défenseurs de l'hypothèse du suicide du chauffeur. Mais pour la veuve de ce dernier, les premiers résultats rendus publics lundi suscitent plus de questions qu'ils n'en résolvent.

Selon la reconstitution, «le mouvement de volant du chauffeur de bus, ayant entraîné la collision, a été effectué consciemment», a affirmé Selma Eikelenboom, experte du bureau IFS (Independent Forensic Services) sur une chaîne néerlandaise. Cela confirmerait, selon elle, l'hypothèse d'une tentative de suicide sous l'influence d'antidépresseurs.

Une telle conclusion a cependant été écartée par l'enquête de la justice valaisanne. Le procureur a annoncé le 30 juin dernier qu'il classait la procédure pénale. Il n'a pas souhaité se prononcer sur la reconstitution qui est une démarche privée des familles.

Chauffeur au centre

Lors de l'instruction, des expertises ont montré que le chauffeur, âgé de 34 ans, souffrait d'une pathologie coronarienne. Mais aucun élément concret n'a permis d'imputer à cette pathologie une éventuelle défaillance du conducteur.

Ce dernier prenait un médicament antidépresseur contenant de la paroxétine, laquelle peut favoriser une pulsion suicidaire en début de traitement. Mais le chauffeur prenait ce médicament depuis deux ans et la dose standard avait été diminuée de moitié au début 2012 en vue d'un arrêt complet.

Le médecin traitant du chauffeur a aussi précisé qu'il n'avait aucune raison de penser que son patient était suicidaire. Le procureur a donc écarté cet élément comme cause possible de l'accident, comme il a écarté les effets de la paroxétine, qui au vu de la durée et du dosage prescrit, n'ont vraisemblablement pas pu restreindre la capacité de conduire du chauffeur.

Des doutes sur la reconstitution

La veuve du chauffeur de car, Evy Laermans, met, elle, en doute la reconstitution effectuée début juillet aux Pays-Bas. «Un autre type de bus a été utilisé à cette occasion, a-t-elle déclaré mardi à l'agence de presse Belga.

Pour les experts néerlandais, cela ne fait pas de différence. Au contraire, affirme Evy Laermans, «chaque véhicule réagit différemment, et plus particulièrement, s'il s'agit d'un autre modèle de bus».

Centre de gravité et poids

De plus, «les passagers étaient assis plus hauts que les chauffeurs dans le bus accidenté. Le véhicule avait donc un centre de gravité plus élevé. Un engin disposant d'un centre de gravité élevé va réagir autrement qu'un bus conçu avec un centre de gravité plus bas», poursuit-elle.

La veuve se pose également plusieurs questions concernant le poids du bus utilisé lors de la reconstitution, et dont la réaction varie s'il transporte ou non des passagers et des bagages. «Nous n'avons aucune information sur les éléments qui influencent l'équilibre de l'autocar», pointe Evy Laermans.

Le 13 mars 2012, le car belge transportait deux classes de Lommel et d'Heverlee (B). Il a percuté la paroi d'un tunnel autoroutier à Sierre, faisant 28 morts, dont 22 enfants.

(ats/afp)