Fribourg

05 octobre 2010 15:22; Act: 06.10.2010 10:45 Print

Une soupe au cochon met un étudiant en rage

Un habitué d'une cafétéria universitaire s'indigne d'un plat jugé «digne d'un local de l'UDC». Le chef réagit.

Une faute?

Djibo* est en pétard. Mardi à midi, cet étudiant de l'université de Fribourg est rentré dans une rage noire en découvrant que la soupe du jour servie à la cafétéria à l'Université Miséricorde comportait de la viande de porc. «On n'a respecté ni les végétariens, ni les étudiants de confession musulmane ou juive», s'indigne Djibo. «J'ai cru rentrer dans un local de l'UDC ou chez Jean Marie Le Pen où on sert souvent ce genre de soupe pendant l'hiver.» Il dit réagir avant tout pour des raisons de sensibilité aux bons produits. «Quand il fait froid, une bonne soupe fait du bien. Vu qu'elle était proposée avec tous les plats, cette soupe au porc n'était pas un bon choix. » Pour lui, un affiche annonçant la présence de cochon dans le produit aurait dû être mise en place.

Sondage
Peut-on encore servir du cochon dans les cafétérias?
95 %
5 %
2347 participants

Le responsable de la cafétéria de l'Uni saute au plafond: «On est encore en Europe, merde! Quand je vais dans des pays où on ne mange pas de porc, je m'adapte.» Il précise qu'un large choix de plats, végétariens, à base de viande ou de poissons sont disponibles dans sa «mensa». «Les musulmans qui mangent ici me demandent la composition des plats lorsqu'ils ont un doute sur une éventuelle présence de porc. Tout se passe d'habitude très bien. Je ne comprends pas la réaction de ce monsieur.» En charge du service de 2000 repas par jours, il précise que telles colères de clients anti-porcs sont extrêmement rares.

*Prénom fictif

(Pom)