Recherche

30 mars 2017 11:16; Act: 30.03.2017 11:25 Print

Combiner deux médics pour tuer les tumeurs

Des chercheurs de l'EPFL et des confrères singapouriens ont trouvé comment renforcer l'action contre les tumeurs cancéreuses.

storybild

Des cellules cancéreuses. (Photo d'illustration) (Photo: DR/Photo d'illustration)

Une faute?

Des scientifiques de l'EPFL, avec des confrères de Singapour, ont découvert que la prise simultanée d'un antirhumatismal renforce l'action contre les tumeurs d'un médicament anticancer. Cette recherche ouvre une nouvelle voie dans le domaine de la synergie entre médicaments.

L'un des objectifs de la pharmacologie est d'accroître l'efficacité des médicaments, tout en diminuant leurs effets secondaires. Cet effort a récemment conduit à combiner des médicaments sans lien entre eux pour exploiter leurs effets synergiques, a indiqué jeudi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

Le laboratoire de Paul Dyson et Ursula Röthlisberger à l'EPFL, avec celui de Curtis Davey à l'Université de technologie de Nanyang (Singapour), a exploré les effets de synergie de deux médicaments, l'auranofine (Ridaura), contenant de l'or et utilisé pour soulager les symptômes de l'arthrite rhumatoïde, et le RAPTA-T, un anticancéreux contenant du ruthénium qui entrave la croissance des tumeurs comme des métastases, tout en réduisant les effets secondaires de la chimiothérapie en raison de sa faible toxicité.

Bien que ces deux médicaments soient utilisés dans des conditions différentes, on a récemment découvert que l'auranofine agissait également contre le cancer. La raison en est que, souvent, les médicaments ne se lient pas seulement en un seul site sur une molécule spécifique, mais peuvent aussi se lier à d'autres sites sans relation avec le premier et les affecter - sur la même molécule ou sur une autre.

Mort cellulaire

Les chercheurs ont exploré les effets synergiques des deux médicaments sur l'ADN encapsulé dans les cellules cancéreuses. Ils ont découvert que leur combinaison avait une efficacité accrue pour tuer les cellules cancéreuses, tandis qu'individuellement, les médicaments avaient un impact considérablement réduit.

Lorsque le RAPTA-T est administré, il forme ce que l'on appelle des «adduits» avec les protéines histones qui encapsulent l'ADN. Ces adduits contrarient le fonctionnement normal de l'ADN et provoquent la mort de la cellule malade. L'auranofine a beaucoup moins tendance à former des adduits avec les protéines histones, sauf si les deux médicaments sont administrés ensemble.

Les auteurs concluent que ce mécanisme nouvellement découvert «peut avoir une pertinence biologique et un potentiel pour des interventions thérapeutiques.» Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communications.

(nxp/ats)