Climat

16 octobre 2018 10:23; Act: 16.10.2018 11:10 Print

Coup de chaud en 2018 pour les glaciers suisses

2018 est l'année de tous les extrêmes pour les glaciers helvétiques. La chaleur caniculaire leur a fait perdre 2,5% de leur volume total, selon un rapport publié mardi.

Sur ce sujet
Une faute?

L'année 2018 a été une «année des extrêmes» pour les glaciers suisses qui, en dépit d'un hiver exceptionnellement enneigé, ont perdu 2,5% de leur volume en raison de la chaleur du printemps et de l'été.

Selon un rapport publié mardi par l'Académie des sciences naturelles helvétique, 2018 constitue l'une de ces années record dont la récurrence fait que les glaciers suisses ont perdu «un cinquième de leur volume au cours de la dernière décennie».

Et pourtant, après trois années de très faible enneigement, l'hiver 2017-2018 s'annonçait plutôt propice à une bonne protection des glaciers grâce des chutes de neige exceptionnelles.

C'est en effet la couche de neige recouvrant les glaciers qui les empêche de fondre. «Jusqu'à la fin mars, il y avait encore, au-dessus de 2.000 mètres, plus de deux fois plus de neige que d'habitude» et «les hauteurs de neige étaient les plus élevées enregistrées au cours des 20 dernières années», ont ainsi noté les scientifiques.


(images: SCNAT)

«Jamais un tel niveau»

Mais aux chutes de neige inhabituelles de l'hiver ont répondu des températures et une sécheresse extrêmes à partir de mars. «Si l'été passé (juin-août) a été le plus chaud après 2003 et 2015, selon MétéoSuisse, la période avril-septembre a été de loin «la plus chaude jamais enregistrée» dans le pays, soulignent les experts.

A titre d'exemple, au sommet du Weissfluhjoch (2540 m) où se trouve l'Institut suisse pour l'étude de la neige et des avalanches, il n'y a pas eu une seule chute de neige supérieure à 1 cm entre le 17 mai et le 4 septembre. Cela ne s'était jamais produit depuis le début des relevés il y a 81 ans.

Cette chaleur, couplée à la sécheresse, »a non seulement fait fondre les quantités énormes de neige hivernale (parfois jusqu'à 5 mètres sur les glaciers) mais il a en plus fait fondre la glace.

Le total de la fonte (fonte de neige et de glace) n'a jamais atteint un tel niveau hormis au cours de l'année 2003«, a expliqué à l'AFP Matthias Huss, responsable du Réseau suisse de relevés glaciologiques (GLAMOS) qui chaque année mesure et analyse les glaciers.

«Complètement disparaître»

«2003 reste la pire année pour les glaciers mais 2018 se situe assurément dans le Top 10 des 100 dernières années, et dans le Top 3 pour certains glaciers», a-t-il estimé, ajoutant: «s'il y avait eu le niveau de chutes de neige de 2017 par exemple, 2018 aurait sans doute constitué un record absolu».

Alors que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a, la semaine passée, de nouveau tiré la sonnette d'alarme sur la vitesse du réchauffement climatique, les experts suisses voient dans l'évolution de leurs glaciers l'expression même de ce qui est à l'oeuvre à l'échelle planétaire. «Le recul des glaciers est directement lié au changement climatique», déclare ainsi M. Huss.

«Les glaciers sont très sensibles aux températures élevées de l'air, et celles-ci sont clairement liées aux concentrations élevées de CO2 dans l'atmosphère», explique-t-il. Et si le réchauffement continue sur le même tempo, prévient cet expert, »de nombreux petits glaciers vont complètement disparaître« et »les plus gros glaciers vont continuer à beaucoup reculer».

Certes, dit-il enfin, «dans vingt ans, on pourra encore admirer des glaciers comme par exemple le grand glacier d'Aletsch (le plus grand glacier des Alpes, dans le canton du Valais) mais la disparition des glaciers va continuer à s'accélérer».

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ptit rapporteur le 16.10.2018 12:10 Report dénoncer ce commentaire

    inutile

    De revenir sur le sujet. De toute façon, nos politiques et l'industrie n'en ont rien à faire du climat. La seule chose qui importe c'est de s'enrichir un maximum pendant qu'ils sont encore vivant. Les viennent ensuite peut leur importe

  • Oyko le 16.10.2018 10:41 Report dénoncer ce commentaire

    Adieu beaux paysages

    Faut se préparer à des changements radicaux dans notre façon de vivre et de voir la nature.

  • Sébastien P le 16.10.2018 11:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Foutaise

    Visiblement les politiques ont dautres chats à fouetter, pourquoi chaque immeuble construit ou maison sous panneau solaires posez-vous les bonnes questions nous avons voté oui pour les éoliennes et après plusieurs recours nous ne les voyons pas

Les derniers commentaires

  • Bernard Gorgerat le 19.10.2018 07:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Paul & Mike !

    Bon ! A ce jour les glaciers ont toujours fondus. Le problème serait qu'a l'occasion de grands froids ils augmente leur surface et qu'ils envahissent à nouveau la plaine du Rhône !

  • Tom le 17.10.2018 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    Réfléchissez 2 secondes svp

    Vous me faites rire avec "nos politiques" "lea industriels".. Tout le monde contribue au réchauffement climatique, arrêté de foutre la faute sur les autres ! Si lea industries tournent c'est grâce aux consommateurs, donc faut commencer peut être par changer quelques chose de VOTRE côté, et après ça suivra.

  • Pablo M. le 16.10.2018 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    L'humanité en parlait déjà avant J.-C.

    J'adresse spécialement celles et ceux qui disent que c'est à cause des émissions Co2 que le réchauffement du climat est en cause. Petit rappel, je suis parti au Mexique il y a deux ans. Anciennement terre des mayas, je vous rappelle que ça date avant J.-C. et raison pour lesquelles quil n'y avait ni pétrole, ni voitures, ni avions et autres industries polluantes et que ce peuple parlait déjà de dérèglement du climat ! En ce temps-là, la population n'avait pas d'argent pour que la haute société et dirigeant prélèvent des taxes sur les citoyennes et citoyens sur le "dérèglement du climat". Tris

    • Claude le 16.10.2018 21:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pablo M.

      Un expert autoproclamé qui en sait plus long que les scientifiques qui ont fait des années détudes, on est mal barrés avec des gens qui réfutent tout ce qui ne leur plait pas même si cest vrai. À part ça, je me demande bien ce que vient faire dans ce fouillis ce voyage aux Mexique.

    • Drzz le 17.10.2018 00:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Claude

      Parce que d'après vous les politiciens qui ont pondu les taxes carbones et qui font des sommets internationaux pour prendre des mesures contre le réchauffement climatique ont étudié le climat pour être certain que les scientifiques ne se sont pas trompés?

    • Jojobargeot le 17.10.2018 08:52 Report dénoncer ce commentaire

      @Claude

      Quels scientifiques? Les pantins du GIEC? Il a parfaitement raison au sujet des Mayas. Comment justifiez-vous l'optimum climatique romain et du Moyen-âge? Au fait, "vos" scientifiques, en particulier Michael Mann, on essayés de faire du révisionnisme climatique pour faire disparaître ces optimums, le GIEC a fini par retirer cette "fameuse courbe en crosse de hockey" de ses rapports, car scientifiquement prouvé qu'elle n'était qu'un artefact des plus douteux. Relisez le statut du GIEC et vous y verrez qu'il ne peuvent PAS être impartial au sujet de l'étude du climat, car orienté politiquement.

    • Agassiz le 17.10.2018 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jojobargeot

      Les scientifiques ne remettent pas en doute les cycles climatiques naturels. Les glaciers alpins étaient effectivement plus réduit à l'époque romaine (ce qui ne veut pas dire qu'il faisait plus chaud puisque nos glaciers sont dans une phase de rééquilibrage face au forcing climatique actuel). Au début du 19ème siècle, on priait pour que les glaciers cessent d'avancer (cf. catastrophe du Giétro p.ex.). Sauf qu'aucun phénomène naturel n'explique le réchauffement actuel qui reflète un déséquilibre dans le bilan énergétique global: l'activité solaire est plutôt faible, pas de grande éruption volcanique, etc... le surplus de co2 et autres gaz à effet de serre est strictement lié à l'activité humaine qui déclenche également des réactions en chaîne dans la nature: dégazage de méthane lié à la fonte du permafrost p.ex.

    • Jojobargeot le 18.10.2018 09:08 Report dénoncer ce commentaire

      @Agassiz Il y en a.

      Si, l'activité solaire. Mais il y a un problème, on ne peut rien faire pour le thermostat et on ne peut pas la TAXER, donc le GIEC, qui n'a pas le droit de communiquer à ce sujet selon son statut, le rejette car faisant partie de la variabilité naturelle. Je ne peux que vous encourager à aller voir les travaux d'Henrik Swensmark, attention c'est du lourd et particulièrement combattu par les réchauffards, car très pertinent et surtout qu'en face, en matière de preuve, après 30 ans toujours rien.

    • Agassiz le 19.10.2018 11:17 Report dénoncer ce commentaire

      théorie du complot quand tu nous tient.

      La constante solaire évolue, à l'échelle humaine, avec une cyclicité d'environ 11 ans et une amplitude d'un peu plus d'1 W/m2 si l'on se réfère aux données de la NASA. Pas d'augmentation générale qui pourrait être corrélée à l'augmentation globale des températures. La corrélation avec la concentration de GEN dans l'atmosphère est bien plus significative. Ce Monsieur Swensmark lui-même ne rejette pas l'impact de l'homme sur ce réchauffement mais le minimise. Aller à contre-courant en sciences n'est pas pas l'apanage des génies. Cela peut également être un moyen de sortir du lot et d'exister...

    • Jojobargeot le 25.10.2018 11:38 Report dénoncer ce commentaire

      @ Agassiz Mainstream quand tu nous tiens

      La constante solaire n'a rien à faire avec la trouvaille de Swensmark, vous bottez en touche de la même manière que le "climatologue en pince fesse" et accessoirement ancien président du GIEC Rajenda. K. Pachauri. Primo corrélation n'est pas raison. Secundo si corrélation entre le CO2 et la température, comment expliquez-vous la stagnation depuis 20 ans des T° alors que pendant le même laps de temps, 40% de TOUT le CO2 émis depuis le DÉBUT de l'ère industrielle à été déversé dans l'atmosphère. Où la voyez-vous cette corrélation, dans les courbes du GIEC, ou les courbes de T° MESURÉES ?

  • kib le 16.10.2018 17:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aie !

    Perso je m'en fou ! Ce qui m'inquiète c'est pas le réchauffement mais les gens qui viennent avec ! Ca c'est grave !

    • Le mécréant le 17.10.2018 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @kib

      Exactement, vous avez à 100 % raison....ils feraient mieux de manifester la contre....

    • Jojobargeot le 18.10.2018 09:20 Report dénoncer ce commentaire

      @ Agassiz Rien d'exceptionnel en réalité

      Vous faite référence au XIX ème siècle, bien vu, il faut aussi dire que vers 1812, la planète à subi LE PLUS FORD REFROIDISSEMENT DE TOUTE L'HISTOIRE. Depuis, nous avons la chance de RÉCUPÉRER enfin des températures clémentes, permettant l'essor civilisationnel moderne comme ce le fut pour les Minoens, Romains, les bâtisseurs de cathédrales. Pour cette dernière période, je signale que l'on cultivait la vigne pour vinification, jusque au mur d'Hadrien, on en est encore loin à ce jour et nos ancêtres ne sont pas mort cramés, comme nous le promettent nos marchands d'apocalypse.

  • sun le 16.10.2018 16:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une taxe peut-être

    Allait il faut pas s'arrêter en si bon chemin une taxe pour manque de glace.

    • Rebecaz le 17.10.2018 11:23 Report dénoncer ce commentaire

      Non une taxe pour manque de place

      Parce que la SUPOPULATION ETRANGERE N EXISTE PAS... avec une telle invasion le poids modifie l axe de la terre qui est en train de changer. Donc la faune et la flore equatoriale changent de pays. Le carottes du Spitzberg le demontrent. TOUT LE RESTE EST PROPAGANDE.