EPFL

11 août 2018 11:22; Act: 11.08.2018 11:48 Print

Le mécanisme cérébral lié à l'agression identifié

Les chercheurs estiment que ce mécanisme pourrait constituer la base du traitement de plusieurs troubles psychiatriques.

storybild

Que se passe-t-il dans notre cerveau lors de comportements agressifs? L'EPFL tente de le comprendre. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les neuroscientifiques de l'EPFL ont identifié un mécanisme cérébral lié à l'agression et au comportement violent. Il pourrait constituer la base du traitement de l'agression dans plusieurs troubles psychiatriques.

L'agression et la violence sont un composant de nombreux troubles psychiatriques, écrit l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans son communiqué. Cependant, malgré leur fréquence, ces comportements s'avèrent très difficiles à traiter.

Certains schémas pharmacologiques peuvent aider, mais les traitements échouent de manière répétée. Et les psychiatres considèrent encore certains types d'agression comme intraitables.

Gène désactivé

Dans une nouvelle étude, des scientifiques du Brain Mind Institute de l'EPFL, sous la conduite de la professeure Carmen Sandi, ont identifié certains des mécanismes neurobiologiques-clés contrôlant l'agression. Ils ont étudié une race particulière de souris qui manifestent les symptômes de troubles psychiatriques impliquant parfois un comportement agressif.

Ces souris se caractérisent principalement en ce qu'elles ne possèdent pas le gène produisant l'enzyme ST8SIA2 («inactivation» du gène). Cette enzyme produit de l'acide polysialique, une molécule de sucre qui aide notamment les neurones à former des connexions pendant le développement prénatal et au tout début du développement postnatal, non seulement chez la souris, mais aussi chez l'homme.

Sans peur

Les scientifiques ont découvert que les souris dont le gène est désactivé montrent des signes de comportement agressif anormal par rapport aux souris saines. Par ailleurs, l'équipe a également observé les deux traits comportementaux en hausse dans certains types d'agression chez l'homme et qui peuvent être mesurés avec précision chez la souris: la réduction de la peur et de l'anxiété.

«Ces déficits ont été avancés comme une hypothèse contribuant au comportement antisocial, car ils empêchent l'individu d'apprendre à l'issue d'une punition et à partir d'une socialisation normative», souligne Carmen Sandi.

Complexe amygdalien

Un examen plus approfondi du cerveau des souris a montré que ces altérations comportementales sont dues à des problèmes avec les neurones du complexe amygdalien, centre cérébral du traitement des émotions.

Précisément, les scientifiques ont découvert que les neurones de l'amygdale chez les souris au gène désactivé étaient, en grande partie, incapables de former de nouvelles connexions. Elles présentaient une détérioration de la transmission glutamatergique qui transmet les signaux associés au processus de la peur.

Des études supplémentaires ont permis à l'équipe d'identifier un élément-clé pour le développement de l'agression, la carence d'un neurorécepteur dans l'amygdale, le NMDA. Il intervient dans la connectivité des neurones, ainsi que dans la formation efficace des souvenirs de peur.

Cible pharmaceutique

Grâce à cette découverte, les chercheurs ont activé le récepteur NMDA des souris agressives en utilisant un médicament, la D-cyclosérine. Le traitement a réduit efficacement le comportement agressif des animaux, ainsi que la baisse associée de la peur.

Bien qu'il soit encore au stade de preuve du concept, ce résultat ouvre une cible pharmaceutique et un traitement de l'agression potentiellement efficaces, corroborés par des données biologiques solides, selon l'EPFL. Une prochaine étape logique consistera à examiner si ces résultats peuvent aider à améliorer les dysfonctionnements agressifs chez l'homme, déclare Carmen Sandi.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ptit rapporteur le 11.08.2018 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien

    Je pense que l'EPFL ne va pas manquer de clientèle. Quand on voit et lis tout se qui se passe quotidiennement ils ont du pain sur la planche

  • Chris le 11.08.2018 15:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'ai des noms pour les premiers cobayes

    Est-ce que les premiers essais pourraient se réaliser sur certains dirigeants se trouvant à l'est comme à l'ouest de cette (pauvre) planète ?

  • Romain le 11.08.2018 12:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des solutions

    À utiliser sur une certaine partie de la population... Qu'on voit de plus en plus depuis quelques années

Les derniers commentaires

  • Melany le 13.08.2018 09:33 Report dénoncer ce commentaire

    Les avocats se frottent les mains!

    Voilà de quoi réjouir nos avocats... Ils vont pouvoir arguer de la non-responsabilité pénale de leurs clients puisque ce sera (faut encore voir...) une maladie... neuronale !

  • Marie le 13.08.2018 07:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mince alors!

    Il paraît que cette technologie peut aussi soigner de graves pathologies telles que le socialisme, le veganisme et le féminisme. Bon cest bien mais ça va encore exploser les coûts de la santé tout ça!

  • Gaston Peytumplomb le 12.08.2018 16:50 Report dénoncer ce commentaire

    Y m'énervent...

    ...avec leurs expériences. Je sens que je vais devenir agressif!

    • Dann le 13.08.2018 06:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gaston Peytumplomb

      Ah ah ah. Super relativité avec l'article. Fallait la trouver celle-là. Bonne journée

  • Julien le 12.08.2018 08:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si ça peut en calmer certains

    Cest une bonne nouvelle pour le forum du 20min ça!

  • Jean-francois le 12.08.2018 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Les 5 premiers cobays !

    Trump, Nétanyahou, MBS, Bachar el Assad, Poutine... Pour ces 5 là je propose la triple dose assortie dune pompe pour une perfusion du médicament en continue...

    • Marie le 13.08.2018 07:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean-francois

      Jaurai plutôt proposé à lerat, mara, dolivo, orsini et mazone, un peu de friture ne devrait pas leur faire de mal je pense. Mouahahahaha