Santé

05 février 2019 06:54; Act: 05.02.2019 21:37 Print

L'obésité accusée de la hausse des cancers

La moitié des cancers connus pour être associés à l'obésité sont devenus plus fréquents entre 1995 et 2015 chez les jeunes adultes.

storybild

Image d'illustration. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une forte augmentation du taux de cancers liés à l'obésité chez les jeunes adultes a été constatée aux États-Unis. Elle pourrait enrayer la baisse actuelle de la mortalité globale due à cette maladie et la faire repartir à la hausse, avertissent des chercheurs.

Dans une étude approfondie couvrant les deux tiers de la population américaine, les auteurs montrent que la moitié des douze cancers connus pour être associés à l'obésité sont devenus plus fréquents entre 1995 et 2015 chez les femmes et les hommes de moins de 50 ans. Il s'agit du cancer colorectal, du col de l'utérus, de la vésicule biliaire, du rein, du pancréas et d'un cancer de la moelle osseuse, le myélome multiple.

Plus la tranche d'âge est jeune, plus ces cancers gagnent rapidement du terrain, rapportent-ils lundi dans la revue médicale The Lancet. «L'obésité est sur le point de dépasser le tabac comme cause principale de mortalité évitable due au cancer», a réagi la société américaine d'oncologie clinique (ASCO). «Ces travaux doivent servir de signal d'alarme à tous les Américains», a poursuivi l'ASCO, en déplorant que nombre d'entre eux n'ait pas conscience du lien entre obésité et cancer.

Obésité doublée

L'obésité a plus que doublé aux États-Unis au cours des quatre dernières décennies. Elle a également fortement augmenté dans d'autres pays riches et, plus récemment, dans les pays en développement. Aujourd'hui, environ deux milliards de personnes sont en surpoids ou obèses dans le monde.

Dans l'ensemble, le nombre de personnes qui succombent au cancer aux États-Unis a diminué. Entre 1980 et 2014, période pendant laquelle le cancer a fait 20 millions de morts, le taux de mortalité a diminué de 20%, passant de 240 à 192 décès pour 100'000 personnes, en partie à cause de la réduction du nombre de fumeurs.

«Mais à l'avenir, l'obésité pourrait inverser ces progrès», met en garde le Dr Ahmedin Jemal, de l'American Cancer Society (États-Unis), coauteur de l'étude. «L'obésité est aujourd'hui l'une des causes de cancer les plus évitables aux États-Unis et au Royaume-Uni. Environ un cas sur douze aux États-Unis est causé par un excès de poids et plus d'un sur vingt au Royaume-Uni», poursuit-il.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lolita le 05.02.2019 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Avoir le poids que notre corps mérite!

    Continuons à prôner des slogans comme "assumer vos rondeurs! Les gros doivent s'assumer" Certes, être un liane sans formes n'est pas beaux et peut être dangereux pour la santé aussi, mais être au dessus de son IMC l'es aussi. Alors avoir des formes OUI mais pas celles qui met en danger vos organes vitaux et votre santé!

  • Corinneaescher le 05.02.2019 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais bien sûr...

    Bien sûr la hausse des cancers n'est surtout pas due à tous les polluants que ce soit air terre mer, elle n'est surtout pas due non plus à tous les additifs et cochonneries rajoutées dans la nourriture, entre autre, bien sûr c'est juste la faute des gens, une fois encore, un peu facile

  • Rec. le 05.02.2019 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Bien fait

    Continuez de vous gaver de McCrado et autres fast food!!! "Mais je mange ce que je veux c'est ma liberté, personne ne me dictera ce que je mets dans mon assiette"...tss

Les derniers commentaires

  • Corinneaescher le 05.02.2019 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais bien sûr...

    Bien sûr la hausse des cancers n'est surtout pas due à tous les polluants que ce soit air terre mer, elle n'est surtout pas due non plus à tous les additifs et cochonneries rajoutées dans la nourriture, entre autre, bien sûr c'est juste la faute des gens, une fois encore, un peu facile

  • Rec. le 05.02.2019 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Bien fait

    Continuez de vous gaver de McCrado et autres fast food!!! "Mais je mange ce que je veux c'est ma liberté, personne ne me dictera ce que je mets dans mon assiette"...tss

  • Jason Fung le 05.02.2019 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Le jeûne, une nouvelle thérapie ?

    Quand on a trop de gras sur soi, on arrête de manger. De l'eau, des électrolytes (chlorures de sodium et de potassium, du sel en somme),c'est tout. Le Dr Jason Fung,néphrologue de Toronto,montre la validité de l'approche.Ça guérit les maladies liées au syndrôme métabolique ( diabète type 2,hypertension), prévient les cancers, les maladies de Parkinson et Alzheimer. Problème :ça ne rapporte rien l'industrie. Toutes les études scientifiques montrent l'échec de l'approche "manger moins bouger plus" dans 99% des cas. À voir : le documentaire d'Arte"le jeûne, une nouvelle thérapie ?", sur Youtube.

  • Lolita le 05.02.2019 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Avoir le poids que notre corps mérite!

    Continuons à prôner des slogans comme "assumer vos rondeurs! Les gros doivent s'assumer" Certes, être un liane sans formes n'est pas beaux et peut être dangereux pour la santé aussi, mais être au dessus de son IMC l'es aussi. Alors avoir des formes OUI mais pas celles qui met en danger vos organes vitaux et votre santé!

    • Avygael le 05.02.2019 19:08 Report dénoncer ce commentaire

      @Lolita

      Le problème, c'est que cette logique pousse au "fat shaming" qui a tendance à avoir un effet inverse: les personnes méprisées en raison de leur poids n'ont pas de déclic et se réfugient d'avantage encore dans la nourriture. L'acceptation de son corps tel qu'il est est une nécessité, pour pouvoir envisager la perte de poids: j'imagine que vous n'avez jamais eu à lutter contre l'obésité, vu votre discours... Au passage, très souvent, l'IMC ne veut rien dire...