Rapport glaçant du GIEC

25 septembre 2019 10:39; Act: 25.09.2019 16:15 Print

Sauver les océans pour sauver l'Humanité

Le rapport du GIEC met le doigt sur la montée importante des océans, qui impactera des centaines de millions de personnes.

Le réchauffement climatique et son impact sur les océans.
Sur ce sujet
Une faute?

L'élévation du niveau des mers d'ici 2100 pourrait atteindre entre 43 et 84 centimètres et submerger des régions habitées par des centaines de millions de personnes. C'est ce qu'annonce un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)publié à Monaco, co-signé par plusieurs experts suisses.

Dans le monde entier, les changements climatiques entraîneront d'importantes modifications des glaciers, du pergélisol et des océans, ont indiqué mercredi à Berne devant la presse des responsables de l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT), en parallèle à la publication du rapport à Monaco.

(Les océans menacent l'humanité)

Le pergélisol victime de la chaleur

De 2015 à 2100, les glaciers perdront de 18% à 36% de leur masse dans le monde, et même plus de 80% en Europe, selon ce document. Si les gaz à effet de serre continuent d'être émis en abondance, entre 49% et 89% du pergélisol peu profond pourrait dégeler d'ici 2100 au détriment de la stabilité du terrain.

«Le réchauffement du pergélisol déstabilise les flancs des montagnes dans les Alpes et ailleurs et libère le carbone stocké depuis des millénaires dans le sol de régions polaires», a expliqué Konrad Steffen, directeur del'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL)et co-auteur du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

D'ici la fin du siècle, des dizaines ou même des centaines de gigatonnes de cet élément s'échapperont ainsi dans l'atmosphère sous le forme de dioxyde de carbone ou de méthane et intensifieront le réchauffement climatique.

Andreas Fischlin, de l'EPF de Zurich, vice-président du deuxième groupe de travail du GIEC, ajoute: «Dans le monde entier, les changements sont particulièrement marqués en haute montagne: les glaciers fondent, des plantes et des animaux du bas colonisent des zones de plus haute altitude ou modifient leur comportement, tandis que l'espace vital des espèces spécialisées de la haute montagne s'amenuise».

Chaleurs marines

Parlant des océans, le GIEC fait état de nouvelles conditions qui n'ont encore jamais existé depuis l'ère préindustrielle. Ils s'acidifient, contiennent toujours moins d'oxygène. Si les émissions de gaz à effet de serre se maintiennent à un haut niveau, les vagues de chaleur marines deviendront 50 fois plus fréquentes jusqu'en 2100.

«Nous constatons maintenant déjà des changements notables dans les océans, de la surface des eaux jusqu'aux grandes profondeurs, et des pôles aux tropiques. Cette évolution influencera la répartition et la densité de la vie partout dans nos mers», signale Thomas Fröhlicher, un auteur du GIEC de l'Université de Berne, cité dans un communiqué de la SCNAT.

Le niveau des mers est monté de 15 centimètres au XXe siècle, a précisé le chercheur à Keystone-ATS. Or actuellement, la hausse est 2,5 fois plus rapide: 3,6 millimètres par année entre 2006 et 2015. «La fonte des calottes polaires accélère la montée du niveau de la mer», précise un autre auteur, Nicolas Gruber, de l'EPF de Zurich. Or justement, la part de la glace qui fond dans l'Antarctique a été sous-estimée jusqu'ici.

Au cours de ce siècle, l'élévation du niveau de la mer accroîtra sensiblement des risques tels que les raz-de-marée ou l'érosion du littoral. Rien que les dommages dus aux inondations augmenteront chaque année d'un facteur 100 à 1000.

Possiblités d'actions

«Pour beaucoup de gens, la haute mer, l'Arctique ou l'Antarctique semblent très loin. Or toute la population du globe, Suisse comprise, dépend de ces systèmes - pour la météo et le climat, pour l'eau et l'alimentation, pour l'énergie, le commerce, les transports, les loisirs et le tourisme, la santé et le bien-être, la culture et l'identité», conclut Thomas Fröhlicher.

Les auteurs du rapport - une centaine de chercheurs de 36 pays - formulent de nombreuses possibilités d'action politiques, sociales et techniques et soulignent une nouvelle fois l'urgence de la situation. Les auteurs ont travaillé pendant deux ans à l'élaboration de ce rapport spécial qui est le troisième et dernier d'une série qui servira de base au prochain état des lieux climatique du GIEC.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sonia le 25.09.2019 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    LE BOURDON

    à la fin je ne sais plus. Plus rien. Juste le sentiment que tout est foutu Quoique l'on fasse. Car trop nombreux et impossible de mettre tout le monde dans la responsabilisation pour un réel changement qui devrait se faire là tout de suite. Les différentes infos, vont toutes en finalité dans le même sens. Il en résulte un sentiment de peur, d insécurité, de "bof" car c est de tte façon foutu. Cela fait mal, très mal pour les enfants que l'on laisse, pour ceux qu ils n auront pas, pour les souffrances à venir. ça me fiche un gros bourdon, une grosse trouille et juste ne plus lire,écouter,voir

  • Lolo le 25.09.2019 11:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Matrix

    Au final faudrait juste que l'espèce humaine s'éclipse. Nous sommes de vrais parasites qui colonisons des endroits en nous multipliants et en détruisants tout sur notre passage. L'inverse des autres animaux qui vivent en symbiose avec le reste.

  • Riquet le 25.09.2019 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste réalité

    c'est pas vraiment une nouveauté qu'on apprend là

Les derniers commentaires

  • Pavel le 27.09.2019 11:18 Report dénoncer ce commentaire

    Vraiment ?

    Vu que ce n'est pas une de 20Minutes qu'on en parlera, je vous mets un petit lien concernant le "consensus" sur le RCA :

  • madmaxiscomingsoon le 25.09.2019 21:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espèce humaine en voie de disparition

    L'espèce humaine est menacée de disparition totale sous 1 à 4 siècles max. Hélas l'homme n'a pas la capacité de se remettre en cause et demeure persuadé qu'il est génétiquement supérieur. La prochaine espèce dominante sur terre ne sera pas l homme c'est certain. L'homme se sera exterminé tout seul

  • Leroux le 25.09.2019 19:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    intox

    l'intox continue de plus belle. des modèles scientifiques que les medias relaient en bons serviteurs de la machine étatique.

    • congratulations le 25.09.2019 20:38 Report dénoncer ce commentaire

      @Leroux

      Votre perception du problème des poux de mer déborde dans nos océans. Merci Monsieur Leroux pour vos poux.

    • sonia le 25.09.2019 22:24 Report dénoncer ce commentaire

      @Leroux

      votre remarque m interpelle. Il m est par bout venu à l esprit qu'il y a peu être autre chose, peut être des infos positives, peut être que c est moins grave que ce qu on nous relaie sans cesse. Peut être qu il y a une volonté d intox pour augmenter ou taxer ceci cela. Ou pour une grosse guerre ou je ne sais quoi. Pouvez-vous peut-être développer votre remarque ?

    • sonia le 25.09.2019 23:12 Report dénoncer ce commentaire

      questions ouvertes, INTOX sûrement oui

      et encore, lorsqu on voit l inauguration de l énorme aéroport à Pékin sur cette même édition 20minutes.....on se demande pourquoi les Suisses sont taxés de partout . Et eux , là-bas, ils participent? ils sont taxés? Et Greta? en Chine, pourquoi pas? Plutôt que Trump que l'on voit partout au quotidien...... OUI CLAIREMENT, il y a de l INTOX. Difficile de saisir. Mais évident qu on nous prend pour des C...

  • Un helvète le 25.09.2019 19:35 Report dénoncer ce commentaire

    Responsable

    Ce qui est passionnant, c'est qu il est impossible de donner les vrais chiffres. L archéologiques du climat les possèdent mais il est interdit de les divulguer...... L'économie mondiale n'y sur vivrait pas. Alors au compte goutte, la mer monte et petit a petit les chiffres vont monter. Vous n'avez encore rien vu. ABE

    • pily le 25.09.2019 23:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Un helvète

      Vous non plu n'avez encore rien vue

  • Jck le 25.09.2019 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les tordus

    C'est encore une société qui doivent justifier leur travail mais c'est pas crédible leur histoire il encaisse du fric facile !