Environnement

07 décembre 2019 10:21; Act: 07.12.2019 11:01 Print

Le tourisme plonge Bali dans une crise de l'eau

Des recherches réalisées par de la Fondation IDEP démontrent que l’île indonésienne connaît une pénurie d’eau propre.

Sur ce sujet
Une faute?

Bali, une destination de rêve très prisée par les vacanciers. Si cette activité touristique fait vivre une partie des habitants, il y a néanmoins un prix à payer. L’île indonésienne connaît actuellement une crise de l’eau. Selon les recherches de l'IDEP, une fondation locale qui se concentre sur le développement durable à Bali, cette dernière souffre d’un manque d’eau propre. Le niveau de la nappe phréatique a chuté de plus de 50 mètres. Résultat: contaminée par l'eau de mer, la qualité l'«eau propre» se détériore révèle la Deutsche Welle.

Outre le manque de réglementation en matière de contrôle, le tourisme excessif est cité comme principale raison. D’après les études de l’IDEP, 65 % des ressources hydriques sont utilisées pour des services touristiques tels que les piscines des hôtels. En 2018, près de 16 millions de touristes se sont rendus sur l'île.

Plus de 200 jours sans pluie

Dans certaines régions,il n' a pas plu depuis plus de 200 jours.
Selon Dewie Anggraini, responsable de la collecte de fonds et de la communication de la Fondation IDEP, cette année, la saison des pluies, qui devait commencer en octobre, ne s'est pas non plus concrétisée. Cette longue sécheresse aurait également contribué au manque d'approvisionnement en eau.

C'est aussi «parce qu'il y a du tourisme que l’eau vient à manquer plus rapidement», confie le responsable de la Fondation IDEP à la Deutsche Welle.

Les conséquences de la crise de l'eau

Les agriculteurs sont particulièrement touchés par la situation. Selon l'IDEP, Subak, le système d'irrigation agricole de Bali, ne peut plus être utilisé. Les sources d'eau sont probablement déjà sèches. En conséquence, le prix de l'eau pour la population a augmenté.

La solution de Dewie Anggraini: un contrôle plus strict de la demande en eau. «Dans les régions qui connaissent déjà une crise de l'eau, il est préférable d'arrêter le développement des hôtels.» Toutefois, le gouvernement doit prendre des mesures pour y parvenir.

(juu/lhu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gyslene le 07.12.2019 10:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste

    Il est certain que le tourisme à outrance n a jamais apporter que des agréments sur le long terme ,les vacanciers oublient que dans ses pays on ne prend pas 3douches par personnes et par jours ,parce qu ils payent,ils consomment comme chez eux et ne respectent pas les habitudes locales ,

  • Octobre 25 le 07.12.2019 10:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est le serpent qui se mord la queue...

    c'est le moment de passer aux vacances responsable..... en même temps si le nombre de tourisme baisse drastiquement ils vont se plaindre du manque de rentrée d'argent....

  • Circo Loco le 07.12.2019 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On ne parle pas de surpopulation?

    Les dizaines de milliers de piscines, on en fait quoi? On continue à en construire pour ne pas perturber le "bizness". On continue à construire des maisons individuelles avec un assainissement inadapté au sous-sol, nappe phréatique non répertoriée pour ne pas gêner la frénésie de construction individuelles.

Les derniers commentaires

  • désir laisse nous voyage voyager ... le 08.12.2019 07:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    aller loin pour retrouver la même chose .

    le monde de consommation mis au point dans les années 60 a atteint ces limites . déplacement conforts personnel et individuel ( avions, voitures, bus, trains, bateaux etc...) tous ces moyens pour rapprocher les peuples ( voyages et immigrations) . résultat ceux du nord vont chercher du soleil au sud, et ceux du sud du travail au nord.

  • dis sparu le 08.12.2019 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'dis ça j'dis rien

    le vrai problème est la surpopulation ! si 50 % de la population disparaissait les problème de pollution aussi.

    • Azook Zook le 17.12.2019 00:55 Report dénoncer ce commentaire

      Et toi tu serais dans quel 50%?

      j'dis ça j'dis rien!

  • la terre reste nous on part ... le 08.12.2019 07:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ralentir oui, arrêter non!

    il faut économiser nos ressources c'est Primordial. mais ceux qui disent que ça s'arrengera en le faisant, se trompent .

  • touristes ou immigrés le 08.12.2019 07:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    juste une question de pognon .

    c'est comme pour l'immigration! on parle toujours de pays qui accueil mal les travailleurs étrangers, mais pas une critique sur le pays d'origine qui n'est pas capable de nourrir son peuple. Et dans le cas de l'invasion touristique le premier responsable c'est le pays qui laisse faire .

  • alors partir ou rester ? le 08.12.2019 07:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    alors on danse lalala ...

    si on part on pollue ! si on part pas ( du moins dans ces pays lointain) ils sont dans la misère . trop de touristes pas bien! pas de touristes immigration en masse et pas mieux.