Afrique centrale

07 mars 2013 17:11; Act: 07.03.2013 17:19 Print

Les éléphants de forêt menacés d'extinction

Plus de 60% des éléphants de forêt d'Afrique ont disparu en l'espace de dix ans à cause du braconnage, qui pourrait mener à l'extinction totale de l'espèce d'ici 2025.

storybild

Les pachydermes des pays d'Afrique centrale paient un lourd tribut au braconnage (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

«62% de tous les éléphants de forêt (d'Afrique centrale) ont été abattus pour leur ivoire au cours des dix dernières années», a indiqué jeudi l'organisation de défense de l'environnement Wildlife Conservation Society (WCS) qui s'appuie sur une étude scientifique publiée dans le journal en ligne PLOS ONE.

«L’analyse confirme ce que les défenseurs de la nature craignaient: une tendance rapide vers l’extinction des éléphant de forêt - potentiellement dans la prochaine décennie», indique le Dr Samantha Strindberg de la WCS, l’un des auteurs de l’étude, cité dans le communiqué.

Le Dr John Hart de la Fondation Lukuru, une ONG de défense de l'environnement de la République démocratique du Congo, précise que la disparition des pachydermes «est presque entièrement due au braconnage».

La plus vaste étude menée sur le sujet

L’étude, la plus vaste conduite à ce jour sur cette espèce, repose sur les travaux menés par plus de 60 scientifiques entre 2002 et 2011 dans cinq pays: Cameroun, Centrafrique, République Démocratique du Congo, Gabon et Congo.

«Sauver l’espèce requiert un effort mondialement coordonné depuis les pays où vivent les éléphants, tout au long des routes de contrebande de l’ivoire, jusqu’à la destination finale en Extrême Orient», ajoute un autre auteur de l'étude, le Dr Fiona Maisels, également de la WCS.

Environ 1900 francs pour un kilo d'ivoire

Le prix du kilo d'ivoire a dépassé les 2000 dollars (près de 1900 francs) sur le marché noir asiatique en raison d'une demande en constante augmentation, d'après plusieurs ONG.

Selon un rapport de l'organisation de défense de l'environnement WWF de décembre, le braconnage, avec un chiffre d'affaires estimé à 19 milliards de dollars par an, est devenu le quatrième marché illégal du monde, après la drogue, la fausse monnaie et la traite des êtres humains.

Dans de nombreuses zones-tampons d'Afrique centrale, les braconniers se jouent de la porosité des frontières pour circuler d'un pays à l'autre. En Afrique, une partie de l'argent issu de ce trafic sert à financer divers groupes armés, estime le WWF.

(afp)