Santé

08 avril 2014 11:24; Act: 08.04.2014 11:30 Print

Manger lentement pourrait aider à perdre du poids

Les personnes obèses sont plus vite rassasiées que celles qui ont un poids normal. Mais elles absorbent cependant davantage de calories en moins de temps.

Une faute?

La vitesse à laquelle les personnes en surpoids mangent pourrait jouer un rôle dans l'obésité, selon une étude bâloise soutenue par le Fonds national suisse (FNS).

Une équipe de chercheurs de l'Hôpital universitaire de Bâle (USB), réunie autour du professeur Christoph Beglinger, a comparé la satiété ressentie par des personnes au poids normal et des personnes obèses, a annoncé mardi le FNS dans un communiqué. Les scientifiques ont ainsi constaté que les personnes obèses mangent plus vite, mais absorbent également davantage de calories.

Les résultats de l'étude permettent en outre de penser que les thérapies allant dans le sens d'un changement du comportement alimentaire sont bonnes, selon les chercheurs. «Non seulement il est sain de manger lentement, mais cela pourrait aider aussi à perdre du poids», a déclaré Christoph Beglinger.

Plus vite rassasiés

Pour leur étude, les chercheurs ont demandé à 20 personnes de poids normal et 20 personnes obèses de prendre une boisson nutritive le matin à jeûn. Les participants devaient indiquer toutes les trois minutes leur sensation de satiété. En moyenne, les personnes obèses ont indiqué être rassasiées au bout de dix minutes déjà, soit près de quatre minutes avant les autres.

Durant ces dix minutes, les personnes obèses avaient consommé en moyenne près de 85 kilocalories, contre 50 pour les personnes de poids normal. Les personnes obèses ont ainsi pris environ 140 kilocalories de plus avant que la sensation de satiété n'apparaisse, explique le FNS.

«Cent kilocalories par jour au-dessus de la quantité recommandée suffisent déjà pour provoquer une prise de poids», écrivent encore les chercheurs dans leur étude. La vitesse à laquelle on mange est donc un facteur susceptible de contribuer à l'obésité, selon eux.

Depuis 1980, le nombre de personnes obèses dans le monde s'est multiplié par deux, selon le FNS. L'obésité augmente le facteur de risque des accidents cardio-vasculaires, du diabète et de certains cancers.

(ats)