ISS

18 octobre 2019 14:47; Act: 18.10.2019 19:12 Print

Sortie spatiale historique pour deux femmes

Une première: deux femmes sont sorties ensemble réparer des batteries de la Station spatiale internationale. Les astronautes ont été félicitées par Trump.

Christina Koch et Jessica Meir peu avant leur sortie dans l'espace.
Sur ce sujet
Une faute?

Les astronautes américaines Christina Koch et Jessica Meir sont sorties vendredi ensemble de la Station spatiale internationale (ISS) pour effectuer une réparation, marquant la première fois en six décennies d'histoire spatiale que deux femmes mènent une sortie dans l'espace. Le président américain Donald Trump a félicité vendredi, de vive voix, les astronautes américaines. «Vous êtes des femmes très courageuses, très intelligentes», a déclaré M. Trump lors d'un échange, en présence de la presse, avec Christina Koch et Jessica Meir, qui se trouvent depuis près de cinq heures hors de la Station spatiale internationale (ISS). «Nous sommes très fiers de vous», a-t-il ajouté.

Une sortie 100% féminine avait été programmée en mars dernier, mais la Nasa avait dû l'annuler quatre jours avant, faute d'avoir deux combinaisons de la bonne taille prêtes à l'emploi.

La sortie de vendredi, commencée à 13h38, doit durer cinq heures et demie, et vise à changer une unité de recharge des batteries datant de 2000 et mystérieusement tombée en panne le week-end dernier.

«Christina, tu peux sortir du sas», a annoncé depuis le centre de contrôle au sol à Houston l'astronaute Stephanie Wilson. Puis Christina Koch est lentement sortie en flottant. «HAP est sec», a-t-elle confirmé après avoir vérifié que l'intérieur de son casque n'avait pas de fuite d'eau. «J'avance...» a dit derrière elle Jessica Meir, arrivée le mois dernier à bord de l'ISS, avant de sortir à son tour.

Christina Koch, plus expérimentée, est sortie la première, en flottant lentement dans son encombrante combinaison blanche, toujours arrimée par un câble à la station, qui file à 8 kilomètres par seconde autour de la Terre, 415 km au-dessus des océans.

«J'avance...», a ensuite dit Jessica Meir, arrivée en septembre dans l'ISS, avant de sortir à son tour du sas. A l'intérieur sont restés un Américain, deux Russes et un Italien.

Spectacle extraordinaire

Armée de clés à molettes et d'un tournevis électrique, Christina Koch s'est arrimée au bras articulé de la station, piloté par l'Italien Luca Parmitano, pour aller chercher l'unité de rechange stockée ailleurs sur la station. Jessica Meir, biologiste marine de 42 ans, progressait en s'accrochant d'anneau en anneau.

C'est la quatrième sortie spatiale de Christina Koch, mais le spectacle restait apparemment tout aussi extraordinaire pour l'ingénieure de 40 ans.

«Stephanie, je suis obligée de demander, mais qu'est-ce qu'on survole en ce moment?», a-t-elle demandé à la salle de contrôle à Houston, où une autre femme, l'ancienne astronaute Stephanie Wilson, communiquait avec elles.

«Christina, Jessica, nous volons au-dessus du Moyen-Orient», a répondu Stephanie Wilson. Plus précisément: le sud de Ryad, la capitale de l'Arabie saoudite. L'ISS fait le tour de la Terre en 90 minutes.

Première femme sur la Lune

Depuis le début de l'ISS en 1998, 220 sorties avaient été faites, mais seules 13 Américaines et une Russe avaient jusqu'à présent «marché» dans le vide. Jessica Meir est devenue la quinzième.

L'espace a longtemps été réservé aux hommes. A la Nasa, les premiers astronautes étaient des pilotes militaires, des hommes. La première femme dans l'espace fut la Russe Valentina Terechkova en 1963, la première Américaine Sally Ride en 1983.

Les équipements spatiaux, dont les combinaisons, ont historiquement été conçus et testés pour des hommes, avec l'idée que les sorties étant très exigeantes physiquement, les hommes étaient plus adaptés, a fortiori s'ils étaient grands, leurs longs bras atteignant plus facilement poignées, fissures et autres recoins.

«Mais on a aussi ajouté des femmes aux équipages, car leurs cerveaux apportent des compétences différentes», a dit vendredi à la presse Ken Bowersox, chef des programmes de vols habités de la Nasa. «En utilisant leurs cerveaux, elles peuvent surmonter nombre de défis physiques».

Le couac de mars avait provoqué une volée de critiques, Hillary Clinton tweetant un lapidaire «Faites une autre combinaison».

Un an à bord de l'ISS

Le patron de la Nasa, Jim Bridenstine, a célébré l'événement. «Nous voulons que l'espace soit accessible à tout le monde, et ce jour marque une nouvelle étape dans cette évolution», a-t-il déclaré.

Après le commentaire de son adjoint, il a tenu à préciser que certaines caractéristiques physiques des femmes, telles que leur moindre tension intracrânienne, les rendaient plus résistantes à l'environnement de microgravité pendant de longues périodes.

C'est justement pour étudier l'effet de l'apesanteur prolongée sur le corps des femmes que Christina Koch va passer presque un an en continu à bord de l'ISS, jusqu'en février.

La dernière promotion d'astronautes de la Nasa, sélectionnée en 2013, est composée pour moitié de femmes.

«J'ai une fille de 11 ans, je veux qu'elle ait les mêmes opportunités que moi lorsque j'étais jeune», a aussi dit Jim Bridenstine. «Nous voulons que les astronautes de demain représentent la totalité de l'Amérique».

Et quid des deux astronautes qui seront sélectionnés pour la mission Artémis 3 de retour sur la Lune, prévue en 2024? «Ce pourrait très bien être deux femmes. Il n'y a pas de raison que ce ne soit pas possible», a-t-il assuré.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Aldo M. le 18.10.2019 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Seulement....

    "Première: deux femmes sortent dans l'espace" mais le câble de l'aspi est trop court. Dommage.... PS : C'était pour de rire. Détendez-vous et surtout, un grand bravo à elles.

  • U. Dhécé le 18.10.2019 20:08 Report dénoncer ce commentaire

    une conseillère fédérale dans l'espace?

    Ne pourrait-on pas expédier une conseillère fédérale socialiste pour une très, très, très longue mission dans l'espace. Par exemple étudier la violation des droits de l'Homme sur Mars.

  • CL le 19.10.2019 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Égalité

    Bravo, mais en en parlant de manière exceptionnelle on accentue l'idée que l'égalité hommes femmes est exceptionnelle. Ça ne devrait pas l'être. Après nos commentaires ironiques sont justes un peu de jalousie. Moi aussi j'aimerais aller dans l'espace, mais je n'en ai ni les capacités physiques ni intellectuelles. Je me contente de faire un métier simple, de mon mieux et de commenter tout ce qui se passe sur la planète. Bien que je n'en ai pas grande idée souvent.

Les derniers commentaires

  • ...cash le 22.10.2019 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    .cash

    Super. Elles avaient des compétences ou il fallait faire bien devant les médias, donc devant le monde entier ? J dirait que c est pour bien faire passer le moment ou ils demanderons des femmes pour aller essayer de colloniser une autre planète afin de faire des gosses. Comme ca les feministes ne pourront pas dire que y avait pas de femmes jusque la et blablabla

  • ... le 22.10.2019 12:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ..

    Ha ben ca tombait a pic cette petite panne de batterie. La nasa etait la cible des feministes ces derniers temos. Voila qui est réglé

  • lionel le 22.10.2019 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    obsolescence

    Batterie en panne après 20 ans heureusement qu'ils non pas demandé à Apple !

  • :))) le 21.10.2019 22:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    :))

    femme spatiale. -Houston, on a un probleme. -Ici houston, qu est ce qui vous arrive ? -Non rien. -Mais allez dit nous. -Non rien je vous dit. -rhoooo terminé !

  • Chg le 21.10.2019 20:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je redeviens macho...

    2 femmes, 2 hommes, 2 homo,... peut-on arrêter de donner une importance au genre... Est-ce les plus compétent ou les plus politiquement et médiatiquement intéressant...?! Ça discrédite toutes les femmes qui travaillent normalement....!