Camp d'été au Tessin

10 juillet 2019 12:26; Act: 10.07.2019 12:36 Print

À 9 ans, il force un copain à lui faire une fellation

Un enfant de 7 ans a été victime d'une agression sexuelle lors d'une colonie de vacances à Blenio (TI). Sa mère envisage de contacter les autorités.

storybild

Le responsable du camp de vacances dit avoir immédiatement réagi. (Photo: Wikipedia: Adrian Michael)

Une faute?

Un petit garçon de 7 ans est rentré bouleversé de sa colonie de vacances à Blenio (TI). Vendredi dernier, après la douche et avant le souper, l'enfant a été sexuellement agressé par un camarade âgé de 9 ans: il l'a forcé à lui pratiquer une fellation, devant un troisième garçon qui observait la scène. La mère de la victime s'est confiée à nos confrères de tio.ch/20 minuti.

«Mon fils est traumatisé. Nous sommes allés aux premiers secours. J'ai l'intention de dénoncer l'incident à la police», confie-t-elle. La Tessinoise s'interroge sur l'auteur de l'agression: «Je me demande ce qui peut pousser un petit garçon de 9 ans à faire ce type de demande. Peut-être qu'il vit une situation problématique chez lui, ou qu'il a subi des abus», ajoute-t-elle.

«À cet âge-là, les enfants sont encore en phase de découverte»

Après l'agression, l'enfant s'est confié à un moniteur. «Nous avons tout de suite pris la situation au sérieux», assure le responsable de la colonie, qui dit avoir contacté l'ASPI, fondation tessinoise de soutien et de protection de l'enfance. Il faut notamment essayer de contextualiser cette agression: «À cet âge-là, les enfants sont encore en phase de découverte, et il pourrait s'agir d'un jeu. Il est important de comprendre si quelque chose d'autre se cache derrière cela», poursuit le responsable. Dans la foulée, la colonie de vacances a organisé une journée de sensibilisation à l'éducation sexuelle, sans pour autant se focaliser sur l'incident en question.

La mère de la victime, elle, est sous le choc: «Nous avons été informés samedi dans la journée. Je ne pouvais pas y croire. J'ai immédiatement accouru vers mon fils», témoigne-t-elle. De son côté, le responsable du camp de vacances dit «regretter» cet incident, mais estime avoir réagi de la meilleure des manières. «Nous sommes fiers d'avoir rapidement géré cette urgence. Nous le devons aux familles qui, chaque année, nous font confiance en nous laissant leurs enfants», conclut-il.

(joc)