Saint-Gall

11 octobre 2018 12:10; Act: 11.10.2018 19:21 Print

«C'est pervers de profiter de la mort de son enfant»

Des parents comparaîtront bientôt devant la justice saint-galloise après la découverte du corps sans vie de leur fille, en 2015, dans leur cave. En attendant, la mère vient de lancer un appel aux dons en sa faveur sur le Net. Son comportement passe mal.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire avait suscité une vague d'indignation à travers le pays. Début août 2015, le cadavre de Jasmina, une fille de 1 an, avait été retrouvé dans la cave d'une maison de Staad (SG). Ses parents, Jessica et Hanspeter, avaient par la suite été arrêtés et placés en détention provisoire pendant 50 jours. Accusé d'homicide volontaire (lire encadré), le couple devra bientôt comparaître devant la justice saint-galloise. Leur procès aura probablement lieu fin novembre. La mère encourt une peine privative de liberté de 10 ans et le père une peine de 8 ans.

Depuis le début, la maman de la petite se voit comme victime. Interrogée en février de cette année, l'avocate de Jessica avait ainsi déclaré: «Ma cliente n'a pas tué sa fille et encore moins de manière volontaire. Elle est traumatisée et n'a réalisé qu'il y a quelques mois que son enfant était décédé.»

«C'est pourquoi j'ai besoin de votre aide»

De nationalité allemande, la mère vient par ailleurs de lancer un appel aux dons sur un site de financement participatif en euros. Elle y explique souffrir d'un choc post-traumatique provoqué par la mort soudaine de sa fille. Elle souffrirait aussi d'une phobie sociale et de crises de panique. «Pour pouvoir gérer tout ça, on m'a conseillé d'acheter un chien spécialement dressé pour ce genre de situations. Mais malheureusement, je n'ai pas assez d'argent pour m'en offrir un. C'est pourquoi j'ai besoin de votre aide.» Grâce à cet appel, elle espère réunir 3500 euros.

Pour une connaissance de la famille, son comportement passe mal. «C'est juste inacceptable. C'est pervers de vouloir profiter de la mort de son propre enfant.» Elle qualifie par ailleurs de «culotté» le fait de laisser croire que sa fille soit décédée du syndrome de la mort subite du nourrisson. «Si cela avait vraiment été le cas, elle et son mari auraient immédiatement appelé la police.»

(ofu)