Assemblée de l'UDC

26 mars 2011 14:28; Act: 26.03.2011 14:38 Print

«Calamity Rey alias Cruella»

Le Valaisan Oskar Freysinger a attaqué la ministre socialiste, samedi lors de l'assemblée des délégués de l'UDC à Lugano.

storybild

«Le jour de l'élection de Mme Calmy-Rey au Conseil fédéral fut véritablement un jour noir pour le pays», a déclaré Oskar Freysinger samedi. (Photo: Keystone)

Une faute?

Provoquant l'hilarité générale, le conseiller national Oskar Freysinger a traité la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey de «Calamity Rey alias Cruella», samedi dans le cadre de l'assemblée UDC. Le Valaisan a critiqué la politique étrangère de la ministre socialiste.

Il a décortiqué les théâtres d'opération et les sujets sur lesquels la ministre socialiste a été active, de sa visite en Iran, à la «reconnaissance hâtive» du Kosovo en passant par la crise avec la Lybie.

«Dame Calmy» s'est exclamé Oskar Freysinger, «se distingue par sa volonté sans cesse renouvelée de brader la Suisse au plus offrant. Ainsi elle dénonce volontiers les clients des banques suisses aux Américains ou alors elle transforme la Suisse en filiale de Guantanamo en assurant le service après-torture de la CIA».

Mais «Cruella», comme l'appelle le conseiller national UDC a fait «pire»: elle a «organisé en douce l'adhésion de la Suisse à l'UE sous le couvert des bilatérales III» et «Barroso s'en lèche déjà les babines».

«Son désir le plus fervent» accuse encore M. Freysinger, «est de faire entrer la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU» et de conclure «le jour de l'élection de Mme Calmy-Rey au Conseil fédéral fut véritablement un jour noir pour le pays».

(ats)