Pauvreté en Suisse

07 septembre 2018 11:19; Act: 07.09.2018 19:13 Print

«Il reste énormément à faire»

Lancé en 2014, le Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté tire un bilan positif. La nécessité d'éradiquer la pauvreté n'a pas disparu.

En 2016, 615'000 personnes étaient touchées par la pauvreté en Suisse, dont 108'000 enfants.
Sur ce sujet
Une faute?

Les partenaires du Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté, qui prend fin en 2018, tirent un bilan positif, communiquent-ils vendredi. Mais rien n'est gagné, ont-ils admis vendredi à Berne lors d'une conférence finale.

«Il reste énormément à faire», a déclaré Alain Berset au début de la Conférence nationale contre la pauvreté. «La pauvreté n'est pas vaincue», a ajouté le président de la Confédération, qui la juge «inacceptable» dans un pays aussi riche que la Suisse. Il a toutefois estimé que le programme lancé en 2014 et qui a impliqué la Confédération, les cantons, les villes, les communes et la société civile avait permis de progresser dans la bonne direction.

«Ces cinq années nous ont permis de renforcer les réseaux et les collaborations (entre les différents acteurs)», a résumé Alain Berset. «Nous avons pu, aussi, approfondir les connaissances dans certains domaines, échanger les informations les plus actuelles que nous avons sur la pauvreté et surtout définir ensemble des champs d'action et de bonnes pratiques.»

Objectifs partiellement atteints

Mais les objectifs n'ont été que partiellement atteints, a admis le conseiller fédéral. A titre d'exemple, il a rappelé que la plateforme d'informations en ligne pour les personnes touchées par la pauvreté ainsi que le monitoring de la pauvreté à l'échelle nationale, prévus au départ, n'avaient finalement pas vu le jour.

Alain Berset a insisté sur l'importance des assurances sociales. «Sans les prestations sociales, il y aurait aujourd'hui quatre à cinq fois plus de personnes touchées (par la pauvreté) en Suisse.» À ce sujet, le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard (PS), qui s'est exprimé après Alain Berset, a d'ailleurs déploré que le minimum vital ait été récemment «remis en cause» dans certains cantons.

Pas de nouvelles mesures

De manière générale, Pierre Yves-Maillard a regretté que le programme n'ait pas permis le développement de nouvelles mesures de politique sociale. «Les mesures actuelles ne sont pas suffisantes», a-t-il lancé. Il a souligné qu'à l'heure actuelle, un salaire d'ouvrier n'est plus suffisant pour faire vivre une famille et que les charges fixes (assurances, loyers, etc.) grimpent plus vite que les revenus.

Pour Jürg Brechbühl, directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), le programme a permis de mieux comprendre la pauvreté. La conseillère municipale bernoise Franziska Teuscher, membre du comité de l'Initiative des villes pour la politique sociale, s'est réjouie du fait qu'il avait permis d'inscrire cette question à l'ordre du jour politique.

Prolongement jusqu'en 2024

Au vu du taux de pauvreté actuel de 7,5% et des changements structurels qui affectent l'économie, la Confédération, les cantons, les villes et les communes ont décidé de poursuivre leurs efforts jusqu'en 2024, indiquent-ils dans une déclaration commune. Le nouveau programme, rebaptisé Plateforme nationale contre la pauvreté, sera doté de moyens inférieurs, comme déjà annoncé le 18 avril dernier par le Conseil fédéral.

Le budget a été ramené à 2,5 millions de francs sur cinq ans contre 9 millions pour la période 2014-2018. Après la phase intensive du programme, le rôle de la Confédération sera désormais d?accompagner la mise en oeuvre par les cantons et les communes des recommandations qui ont été formulées. Les domaines prioritaires sont la promotion des chances de formation, l'intégration sociale et professionnelle et l'amélioration des conditions de vie générales.

Critiques de Caritas

La décision de réduire la voilure du programme et de confier la lutte contre la pauvreté aux cantons a été critiquée par Caritas Suisse dans une prise de position récente.

L'organisation caritative estime que la Confédération se distancie du problème.

En 2016, 615'000 personnes étaient touchées par la pauvreté en Suisse, dont 108'000 enfants, selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le seuil de pauvreté se situait en 2016 à 2247 francs par mois en moyenne pour une personne seule et à 3981 francs par mois pour un ménage avec deux adultes et deux enfants de moins de 14 ans.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • antimafia RH le 07.09.2018 14:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    scandale

    combien de Suisses à l'aide sociale à cause des RH systématiquement étrangers qui n'engagent que leurs compatriotes comme au CHUV, dans les hôpitaux et dans l'administration

  • Bala le 07.09.2018 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    État mafia

    Alain Berset dit ce nest pas acceptable et en même temps on réduit laide pour cette lutte de 75% mes chers politiciens de tout bords vous nen navez rien à faire du citoyen, seule les entreprises vous intéresse pour preuve vous diminuez les impôts pour eux mais non on va devoir raquer pour combler ! La seule honte de ce pays cest vous les politiciens qui avait ruiné la suisse vous devriez être juger pour crime de guerre contre la patrie. Létat pie le peuple vous préférez acheter des avions que de vous occuper de vos citoyens, un jour il faudra répondre de vos actes.

  • Bobo Beauquartier le 07.09.2018 14:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonne conscience

    Une fois que les réfugiés se sont servis, il n'y a que les miettes pour les Suisses. Merci les bienpensants de gauche.

Les derniers commentaires

  • Gargamel le 08.09.2018 21:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La pyramide seffondre.

    Je pense que le monde en général des dirigeants, tous pays confondus, sont tous bien assis dans leurs conforts, et je vois la droite extrême monter partout, même la Suède qui Reviens en arrière, notre monde pyramidale financière est en train de seffondrer, pas bon tout ça !les riches toujours plus riches, et lécart nen finit plus...

  • Rama le 08.09.2018 11:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mme

    Ouuuuuufffff Sans commentaires voire quon travaille 8h30 par jour et touche environ 3000 par mois avec tout les charges t enfant Pour moi ses pas la richesse pas du tout car le moi est trop long pour vivre avec ....,,,,,,

  • Gianna le 08.09.2018 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Le pire est à venir ...

    Dans tous ces commentaires, on parle beaucoup des frontaliers français, mais ce n'est pas de leur faute. La faute est à NOTRE GOUVERNEMENT ... Il est évident que si des français travaillent aux RH, ils embaucheront des français, plus facile à déchiffrer leur CV, et plus facile à communiquer et se comprendre, car même culture, et le fait aussi de rester ensemble ça rassure. Nos politiciens doivent absolument ouvrir les yeux, et stopper cette invasion frontalière qui provoquera à la longue plus de pauvreté en Suisse.

    • Dids le 08.09.2018 20:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gianna

      je rappelerai pour la xème fois qu'il y a quelques décennies pour avoir le statu de frontalier il fallait habiter la région de puis plus de 3 ou 5 ans! aujourd'hui, tu pars de Bordeaux et lundi tu bosses en suisse. A qui la faute?

  • Sam Heufécaguer le 08.09.2018 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    Politicos-Bobos

    La Suisse préfére vendre des armes et acheter des avions de combats plutot que de s'occuper des Helvétes dans le besoin

    • Spirou le 09.09.2018 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sam Heufécaguer

      Votre commentaire n'est pas complet .... Vous oubliez les milliards pour l'étranger via toutes sortes de raisons ....

    • jarod gibbs le 09.09.2018 21:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Spirou

      Votre commentaire n'est pas complet,les milliards économisé sur l'AVS par l'UDC...

    • Spirou le 10.09.2018 06:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jarod gibbs

      La Suisse est riche, encore trop riche pour le moment ... Nous payons de plus en plus de taxes de tous genres, d'impôts ... Et au final ce ne sont pas les citoyens suisses qui en profitent, prenez la peine de lire le budget de la Confédération et vous verrez ...

    • jarod gibbs le 10.09.2018 11:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Spirou

      Donc vous tournez bien en rond.. quoiqu'on dise, vous revenez toujours au point sur le cercle ou les sous-sous...ben c'est pas pour nous...

  • Pascal Monnier le 08.09.2018 08:58 Report dénoncer ce commentaire

    On en cause, mais rien ne change !

    Suite à une rupture d'anévrisme cérébral, pas reconnue par l'assurance invalidité, je vis depuis 3 ans avec 1500.- par mois... Que faire? Je n'ai plus la force de me battre...

    • jarod gibbs le 09.09.2018 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pascal Monnier

      AVC pas reconnu...fake news...