Tessin

14 juillet 2014 10:09; Act: 14.07.2014 11:52 Print

«Il voulait m'engager si je couchais avec lui»

Une jeune Tessinoise a postulé pour un travail de barmaid dans un établissement de Lugano. Mais son recruteur a commencé à la harceler à coups de sms explicites et de gestes déplacés.

storybild

Pendant plusieurs jours, l'employeur a bombardé la jeune femme de sms déplacés. (Photo: Ticinonline)

Une faute?

Une Tessinoise âgée de 29 ans a vécu une expérience traumatisante alors qu'elle cherchait du travail. Intéressée par un poste de barmaid dans un établissement de Lugano (TI), la jeune femme s'est présentée à un premier entretien. Elle a alors fait la connaissance du responsable, un homme «gentil et poli», qui était accompagné de son épouse. C'est après ce premier rendez-vous que l'homme a dévoilé une toute autre facette de sa personnalité: «Il a tout de suite commencé à m'envoyer des sms ambigus. Et au moment de l'essai, il m'a carrément demandé s'il pouvait me toucher les seins. Il m'a fait comprendre à plusieurs reprises qu'il me donnerait le poste en échange de rapports sexuels», confie la jeune femme.

Encore choquée par sa mésaventure, la Tessinoise a dévoilé à «20 minuti» le contenu des sms envoyés par le recruteur. Des messages explicites, dans lesquels il demande à sa potentielle future employée de coucher avec lui, de s'habiller de manière provocante et de se laisser aller à ses perversions. «J'ai toujours essayé de le ramener à la raison. En vain», explique-t-elle.

«Le soir de l'essai, il avait les mains baladeuses et insistait lourdement. Après quelques heures, j'ai décidé de tout laisser tomber. Le jour d'après il m'écrivait encore, il voulait passer chez moi. J'ai coupé tout contact. Mais quelle tristesse, quelle misère... J'avais tellement besoin de ce travail», regrette la Tessinoise. D'après des témoins, le bar luganais est, depuis longtemps, le théâtre d'un étrange manège. De nombreuses jeunes femmes jettent l'éponge après quelques jours de travail, peut-être également victimes des avances appuyées de leur employeur.

(joc)