Violence domestique

09 mai 2019 17:14; Act: 09.05.2019 17:17 Print

«Important de s'acquitter de cette tâche ensemble»

Les cantons veulent mieux prévenir et combattre la violence contre les femmes et la violence domestique, en améliorant notamment l'accès à l'aide aux victimes.

storybild

Martin Klöti, le président de la CDAS, s'est exprimé le jeudi 9 mai sur le thème des violences domestiques. (Photo: Keystone)

Une faute?

«La violence à l'égard des femmes se manifeste de bien des façons différentes. L'enrayer nécessite donc des mesures tout aussi diverses. Il est important que nous nous acquittions de cette tâche ensemble, quels que soient les départements et les échelons de gouvernement», a déclaré Martin Klöti, président de la la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS), en présence de la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter.

La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) a, elle, souligné que la violence domestique «est malheureusement aussi un problème social très répandu en Suisse, avec de graves conséquences pour les personnes concernées, leurs familles et la société dans son ensemble».

La Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (abrégée Convention d'Istanbul), vise à prévenir, combattre et poursuivre toutes les formes de violence, contre les femmes ou domestique. Elle est mise en oeuvre conjointement par la Confédération, les cantons et des ONG.

Concrètement, les membres de la CDAS ont «franchi des étapes dans la mise en oeuvre» de la Convention d'Istanbul, soit l'amélioration de l'accès à l'aide aux victimes et la définition de mesures de suivi sur la base d'une analyse des maisons d'accueil pour femmes.

L'accent a aussi été mis sur les réfugiées touchées par la violence en Suisse: les membres de la CDAS entendent approfondir dans les mois à venir la manière de les soutenir efficacement.

(nxp/ats)