Pédophilie en Suisse

09 mars 2011 08:22; Act: 09.03.2011 10:50 Print

«Je l'ai payé pour du sexe avec son enfant»

Pietro M., 31 ans, a avoué s'être mis d'accord avec un Suisse pour abuser de son enfant pour la somme de 300 euros. Entendu par la police italienne, il a tout raconté.

Une faute?

Un pédophile italien a pu s'adonner à des pratiques sexuelles sur un enfant de cinq ans en payant la somme de 300 euros à son père, domicilié près de Zurich.

L'homme a été arrêté l'été dernier dans le cadre d'une vaste opération de lutte contre la pédophilie en Italie. Il s'agit d'un enseignant de 31 ans originaire de Basilicate, dans le sud du pays, qui dénichait ses victimes sur internet. C'est de cette manière qu'il a déniché ce père de famille en Suisse et qu'ils ont convenu un rendez-vous, révélait lundi «La Gazzetta del Mezzogiorno».

Je me suis rendu chez lui, en Suisse

Son récit y est décrit comme «froid et lucide». Il a raconté aux enquêteurs ses méfaits sexuels à l'étranger, que ce soit au Laos, au Vietnam, en Thaïlande ou en Suisse. La méthode est la même. Il se rend sur des chats et convient de rendez-vous. «Le Matin», qui s'est procuré une copie du procès-verbal de l'audition, révèle que le cas suisse s'est produit en 2007. «J'ai rencontré cette personne qui vivait en Suisse et qui utilisait le pseudo «Dad of Spain», raconte-t-il aux policiers, et je me suis rendu chez lui, en Suisse.» Le nom du village lui échappe désormais, mais il a déclaré y avoir retiré 300 euros dans un bancomat et les policiers ont pu retrouver la trace de cette transaction.

Des rapports photographiés et publiés

«Après m'avoir emmené chez lui, «Dad of Spain» m'a fait jouer avec son fils et m'a permis de prendre des photos». Puis le père aurait eu avec son fils des rapports oraux pendant que Pietro M. prenait des photos. «J'ai ensuite eu moi aussi des rapports complets avec l'enfant. Le père était présent, nous avons convenu d'un prix, 300 euros, que je lui ai donnés le lendemain quand il m'a raccompagné à la gare.»

A la question de ce que sont devenues les photos, Pietro M. a répondu les avoir toujours en sa possession, sur le disque dur de son ordinateur qui a été saisi par les officiers. Elles ont été disponibles sur le web et la police tente désormais de retracer ceux qui les ont téléchargées.

L'enseignant a indiqué aux policiers que l'enfant dormait pendant l'acte, mais il dit ignorer si le père l'avait drogué ou pas. «Je l'ai vu lui donner un verre de coca-cola, mais je ne sais pas s'il y avait ajouté autre chose.»

(frb)