Zurich

21 février 2019 11:15; Act: 21.02.2019 11:39 Print

«Je n'arrête pas de les voir en train de me taillader»

par Qendresa Llugiqi/ofu - Un jeune homme a été violemment attaqué dans la cage d'escaliers de son immeuble, en octobre dernier à Zurich. Deux personnes ont été arrêtées.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«Ils ne m'ont pas poignardé, mais tailladé. Je n'arrête pas de me repasser la scène», raconte mercredi à «20 Minuten» Özgür Yarasir. De grosses cicatrices, faisant une longueur totale de 120 centimètres, témoignent de l'agression que le jeune homme de 22 ans a subie le 11 octobre dernier, à Zurich-Seebach.

Le soir des faits, aux alentours de 23h, il a été attaqué par des inconnus dans la cage d'escalier de son immeuble. «J'étais chez moi avec un ami quand j'ai eu un coup de fil pour m'attirer dehors. Tout à coup, quelqu'un m'a frappé à la tête avec une batte de baseball. Et comme je ne me suis pas écroulé tout de suite, d'autres coups ont suivi», se rappelle le jeune homme.

«Ils ont sorti un couteau»

Selon le Suisse, ses agresseurs ont tenté de le tirer de force dans une voiture. «Comme j'ai résisté et refusé de les suivre, deux des hommes ont sorti un couteau et m'ont tailladé les jambes avant de s'enfuir.»

Özgür Yarasir s'est lui-même prodigué les premiers soins avant d'appeler la police. Une fois sur place, les secours lui auraient dit qu'il serait probablement mort s'il ne s'était pas soigné lui-même.

«Je boite toujours»

Contacté, le Ministère public zurichois confirme que deux personnes se trouvent actuellement en détention provisoire: «Elles sont fortement soupçonnées d'être impliquées dans l'agression.» La justice ne souhaite pas donner plus d'informations tant que l'enquête est en cours.

Le jeune homme de 22 ans souffre encore de problèmes psychiques quatre mois après les faits. «Je ne peux plus me déplacer librement. J'ai peur de sortir tout seul. Je n'arrête pas d'y repenser. Cette impuissance que j'ai ressentie dans la cage d'escalier me hante.» D'un point de vue physique, il n'est pas non plus totalement guéri: «Je n'ai plus de sensations dans quatre de mes orteils et je boite toujours.»