Viol à Bâle

07 février 2020 19:00; Act: 07.02.2020 19:00 Print

«Je sais qui sont les agresseurs»

Une femme a été violée devant la porte de son domicile, samedi à Bâle. Les responsables sont toujours en fuite. Un homme affirme désormais connaître l'identité des coupables. Il a informé la police.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Deux inconnus ont fait vivre un véritable enfer à une jeune femme, samedi matin à Bâle. La victime a été violée à deux pas de chez elle. Les hommes, eux, sont toujours en fuite. La police a saisi les images des caméras de surveillance d'un supermarché indien et du tram dans lequel la jeune femme avait été abordée par ses agresseurs.

En attendant, un homme souhaitant rester anonyme a contacté nos confrères de «20 Minuten». Il affirme: «Je sais qui sont les agresseurs.» Et d'ajouter: «Je suis allé voir la police lundi. J'ai dit tout ce que je savais et j'ai apporté des photos des coupables. Je veux qu'ils soient arrêtés.»

«C'est un enfant gâté»

Il s'agirait de deux ressortissants portugais, âgés de 31 ans et de 17 ans. Faire la fête, aller voir des prostituées et consommer de l'alcool feraient partie intégrante de leur quotidien. Selon l'informateur, le trentenaire habite à Bâle depuis peu de temps: «Ça fait à peine un mois qu'il est ici.» Il viendrait de divorcer. Son ex-femme habiterait au Portugal avec leurs quatre enfants. L'ado, lui, n'aurait pas de domicile fixe. «Il est parfois chez son père, qui vit en France non loin de la frontière suisse. Et parfois il est au Portugal. C'est un enfant gâté.»

L'informateur assure que les deux hommes étaient ensemble le soir qui a précédé le viol. «Ils ont fait la fête et ont même diffusé une vidéo de leur soirée en direct sur Facebook. Ils étaient cokés et bourrés.» Et d'ajouter: «Après la révélation de l'affaire par les médias, les deux ont supprimé leur compte sur les réseaux sociaux.» L'homme de 31 ans aurait par ailleurs contacté son ex-femme et ses enfants via téléphone pour leur dire au revoir.
Les deux individus auraient fui au Portugal.

Enquête en cours

Le Ministère public de Bâle-Ville confirme avoir reçu plusieurs indices de la population. «L'enquête est en cours. Nous ne pouvons pas donner davantage de détails pour le moment.»

(jd/ofu)