Tessin

13 février 2019 09:01; Act: 13.02.2019 09:01 Print

«L'aide sociale «mange» mon salaire»

Une jeune femme, résidant à Bellinzone (TI), déplore ses tentatives infructueuses pour sortir la tête de l'eau, après sa séparation en 2012.

storybild

Sortir de l'aide sociale n'est pas toujours une sinécure. (Photo: Keystone)

Une faute?

Sara, une Tessinoise de 41 ans, témoigne auprès de «Tio» de son quotidien. «Chaque fois que je trouve un emploi, je dois déclarer combien je gagne et l'aide sociale «mange» mon salaire.»

Cette mère de famille d'un garçon de 12 ans, habitant à Bellinzone (TI), a rencontré des difficultés financières après sa séparation en 2012. «Je n'ai jamais réussi à trouver un emploi à plein temps ou à un pourcentage suffisant pour m'en sortir», regrette-t-elle.

Montant minimal de 995 francs

Sara affirme tourner avec quelque 2300 francs par mois. «Si je gagne 700 francs par mois en faisant quelques heures de ménage, je les déduis de ce que je reçois de l'aide sociale. Parce que le budget global établi pour moi ne doit pas dépasser un certain seuil mensuel», déplore la quadragénaire.

La responsable des services sociaux, Cristina Oberholzer, explique à «Tio»: «Environ 20% des ménages ayant besoin des services sociaux travaillent à temps plein, à temps partiel ou même sur appel».

Même des temps pleins

Le nombre de personnes assistées, au Tessin, a augmenté de manière significative entre 2011 et 2015, avant de se stabiliser. Pour une personne célibataire, le montant minimal est de 995 francs par mois. A cette somme, il faut ajouter loyer et assurance maladie.

En 2017, un peu plus de 1700 nouvelles demandes ont été acceptées et un peu moins de 1800 dossiers ont été clos dans le canton du Tessin.

(cbx)