Zurich

27 août 2018 20:43; Act: 27.08.2018 20:56 Print

«La Suisse est une nation spatiale!»

Une cérémonie s'est tenue lundi en présence de Johann Schneider-Ammann avant le départ du satellite «suisse» CHEOPS pour l'étranger.

Sur ce sujet
Une faute?

Testé en Suisse, le satellite CHEOPS va subir de nouveaux essais à l'étranger avant d'être acheminé en Guyane française pour y être lancé. Equipé d'un télescope d'observation des exoplanètes développé à Berne, il transporte aussi des dessins d'enfants présentés lundi.

CHEOPS (CHaracterizing ExOPlanets Satellite) a été soumis à des tests de vibration chez Ruag Space à Zurich. Il s'agit de sa dernière visite en Suisse avant son lancement dans ce qui constitue la première mission d'Agence spatiale européenne (ESA) à être placée sous commandement helvétique.

Le télescope spatial transporté à bord a été développé par l'Université de Berne. Les entreprises Ruag Space et Thales Alenia y ont contribué de manière déterminante. Au total, plus d'une centaine de chercheurs et ingénieurs de onze pays participent à la mission.

2700 dessins réduits 1000 fois

Une cérémonie a marqué lundi à Zurich la présentation des 2700 dessins d'enfants des pays membres de l'ESA. Choisis parmi 8000 dessins envoyés des quatre coins de l'Europe, ils ont été gravés sur des plaquettes en titane en version 1000 fois plus petite que leur original. Une technique mise au point par une haute école spécialisée bernoise a rendu possible ce tour de force.

«Notre but était d'enthousiasmer la relève pour la recherche spatiale, d'où l'idée des dessins d'enfants», explique à Keystone-ATS l'astronome Willy Benz, professeur à l'Université de Berne. Le chercheur est fortement impliqué dans la mission CHEOPS. Il espère que les enfants qui ont envoyé leurs dessins vont aussi suivre la mission sur le site en ligne du projet.

Trois enfants suisses - une adolescente de Berne et deux frères de Chavannes-des-Bois - dont les dessins ont été sélectionnés étaient présents à la cérémonie. Ils se sont montrés fascinés.

La Suisse, «une nation spatiale»

La cérémonie a eu lieu en présence du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. Le ministre de l'économie a souligné l'importance du secteur spatial pour la Suisse en tant que pôle scientifique, économique et d'innovation. «La Suisse est une nation spatiale!», a-t-il conclu dans une allusion à cette opération conjointe entre l'ESA, l'Université de Berne et un consortium industriel international.

Dévoilant deux plaques de titane comportant les dessins gravés en version miniature, M. Schneider-Ammann a insisté sur la nécessité d'encourager la relève en mathématiques, informatique, sciences naturelles et en technique.

Le satellite va désormais être envoyé aux Pays-Bas, puis en Espagne pour y subir de nouveaux tests. Il arrivera en Guyane française début 2019 où il doit être lancé par une fusée Soyuz au cours du premier semestre de l'an prochain. CHEOPS sera placé en orbite à 700 km autour de la terre.

Exoplanètes analysées en détail

Sa mission ne visera pas à découvrir de nouvelles exoplanètes, (planètes issues de systèmes stellaires éloignés), 24 ans après la découverte de la première du genre par Didier Queloz et Michel Mayor, de l'Université de Genève, en 1995. Elle doit récolter des données sur les exoplanètes déjà connues.

Leur atmosphère ainsi que le rapport entre leur masse et leur forme seront analysés afin de découvrir si elles sont composées de roche, de glace ou de gaz. Ces informations permettront de déterminer celles qui feront l'objet de recherche sur d'éventuelles traces de vie, lors de missions futures. CHEOPS sera capable de fonctionner durant 3 ans et demi au minimum.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Eliott le 27.08.2018 23:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suisse

    La Suisse est une nation spatiale... normale les sept sages sont sur une autre planète.

  • cram le 27.08.2018 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oups

    C'est assez cocasse que Schneider Ammann dise qu'il faut assurer une relève en mathématiques, informatique, sciences naturelles et techniques, quand on se souvient qu'il avait dit il n'y a pas si longtemps qu'il y avait trop de jeunes suisses qui faisaient des études.

  • Nico-Flamm le 27.08.2018 22:15 Report dénoncer ce commentaire

    Oh, qu'elle est bonne !

    Ils ont oublié de graver le nez rouge de clown de qui vous savez, mais voui, celui qui s'est fendu la gueule lors de la journée du rire, et qui est devenu célèbre même aux USA. Quel blagueur, cuilà !

Les derniers commentaires

  • CatJuice4Fish le 28.08.2018 12:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    beaucoup merci

    Sa plane si haut dans nos recherche que l on oublie ce qui se passe au sol.... As quand les recherches pour arriver as boucler le mois sans se prendre un tacle chaque année par nos impôt ?!? Ou alors comment faire pour jarter toutes ses senssu qui utilise la moindre heure de maladie et d absence pour aller se pogner devant sa télé au sein de l etat...

    • Mais non le 28.08.2018 21:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @CatJuice4Fish

      t'as pas compris. En Suisse y a plein de chercheurs. Mais aucun trouveur.

  • Gestapo le 28.08.2018 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça explique tout

    Voilà pourquoi elle est dirigée par des extraterrestres.

  • Jules Brodard le 28.08.2018 09:51 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pour cela ...

    .... que Schneider Ammann a toujours l'air dans la lune !

    • Jean-Marc Cousin, Yverdon. le 28.08.2018 14:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jules Brodard

      A croire, oui... mais y t'il eu seulement un jour ou il ne semblait pas venu d'un autre monde...

  • Snake le 28.08.2018 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    Cosmonaute, astronaute, spationaute ...

    et comment va-t-on appeler nos compatriotes dans l'espace ? les Swissonautes ?

    • Avygael le 28.08.2018 14:14 Report dénoncer ce commentaire

      @Snake

      Si l'on en croit wikipedia, le terme à utiliser serait "spationaute". C'est ainsi qu'ils décrivent Claude Nicollier, le premier suisse à être parti dans l'espace.

    • Alain De lAin le 28.08.2018 16:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Snake

      Rien du tout , pour linstant aucun suisse dans lespace !

    • Avygael le 28.08.2018 18:47 Report dénoncer ce commentaire

      @Alain De lAin

      Faux, comme dit précédemment, il y a bien eu un suisse dans l'espace: Claude Nicollier. J'ai même eu la chance, à l'époque où j'étais au gymnase, d'assister à une conférence qu'il donnait et de voir un certain nombre de photos prises depuis l'espace.

    • Rebecca le 28.08.2018 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Avygael

      Hello Siri

  • Jean-Marc Cousin, Yverdon. le 28.08.2018 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la science spatiale.

    Dans notre société pourtant remplie à raz bord de tumultes, d'austérité et d'injustices sociales. Je dois avouer que ce qui nous fait défaut ce sont les moyen de finir le mois... Et ce n'est pas tout... Il nous est plus que nécessaire a toutes et tous des idéaux et des pools passionnels. Alors quoi de mieux que de lever le nez vers les étoiles, admirer la voûte céleste et tenter d'en comprendre comment ça fonctionne et surtout que le Soleil brille pour tous. Ainsi, en tant qu'astronome amateur j'applaudis des deux mains devant la réussite de notre Université de Bern (qui sur certaines questions dépasse les potentiels américains). Je suis déja fier d'avance de ce que découvrira cette sonde spatiale, trés probablement des planètes semblables à notre Terre... Là-bas, autour d'autres étoiles. Mille BRAVO à l'Uni de Bern et à son équipe. Un seul bémol, la présence à l'inauguration de la sonde spatiale, le légendaire patibulaire et pas trop nécessaire de notre Schtroumpf triste Schneider-Ammann qui ne fait rien de très astronomique pour le pays et ses habitants, si ce n'est que de la passivité.

    • Le moment d'atterir!! le 28.08.2018 13:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean-Marc Cousin, Yverdon.

      Mais oui...on aura claquer des milliards pour qu'on nous dise dans 5 ans qu'on a découvert une nouvelle planète à des milliards de kilomètres et qu'elle n'est pas habitable! T'as raison, ça vaut vraiment le coups...ah pour revenir à un sujet plus terre à terre, on va augmenter les assurances maladies, les taxes sur les huiles minérales, les taxes sur la propriété etc parce qu'il paraît que les caisses sont vides...ABE

    • Drzz le 28.08.2018 17:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Le moment d'atterir!!

      Avec des gens comme toi on croirait encore que la Terre est plate et que le soleil tourne autour. De plus la recherche spatiale fait partie des plus petits budgets publics. A peine 0,5% du PIB en moyenne.

    • Avygael le 29.08.2018 12:10 Report dénoncer ce commentaire

      @Le moment d'atterir!!

      Plains-toi donc auprès de l'armée, où on se dépêche de claquer du fric à la fin de l'année, si le budget n'a pas été entièrement dépensé, pour ne pas subir de réduction de budget les années suivantes, justement. Chez eux, tu pourras trouvez pas mal de gaspillage, bien plus que dans la recherche.