Valais

14 mai 2019 15:47; Act: 14.05.2019 15:47 Print

«La banque fait une erreur et le client trinque»

Un Haut-Valaisan a voulu s'acheter un logement. Il se retrouve désormais sans appartement et avec un demi-million de francs de dettes. Toutes ses tentatives pour se battre en justice sont restées vaines.

storybild
Une faute?

«Ce n'est pas possible! Raiffeisen commet une erreur et c'est le client qui trinque.» Marcus* est effondré. Ce Haut-Valaisan de 52 ans a tout perdu. Sa mésaventure a débuté il y a quelques années, explique-t-il mardi à «Blick».

Décidé à acheter un appartement à Brigue (VS), il a rassemblé toutes ses économies et a souscrit à un prêt hypothécaire de 505'000 francs auprès de la filiale Raiffeisen de Belalp-Simplon (VS).

Clause floue

La banque a ensuite transféré l'argent à l'entreprise chargée de la vente de l'appartement en question. Or peu de temps après, la firme a fait faillite. Et cela avant que l'appartement soit mis au nom de Marcus. Du coup, il se retrouve sans logement tout en devant rembourser son prêt de 505'000 francs.

Le Haut-Valaisan est persuadé que la banque est fautive dans cette histoire. Il se réfère à une clause du prêt hypothécaire qui stipule: «Le prêt est libéré si les garanties ont été fournies de façon juridiquement valable.» Selon «Blick», cela signifie que la banque doit par exemple s'assurer qu'un changement de registre foncier est possible avant de transférer l'argent à l'entreprise.

«Protéger la banque»

Marcus a tenté pendant des mois de trouver un accord avec la filiale Raiffeisen, en vain. Raison pour laquelle il a fini par saisir la justice. Or il a été débouté tant en 1re qu'en 2e instance. Dans son jugement de début 2018, le Tribunal cantonal estime: «Indépendamment du fait que les garanties aient été fournies ou non, ces clauses servent avant tout à protéger la banque et non le preneur de crédit.»

Pour Cécile Thomi, de la fondation alémanique pour la protection des consommateurs (SKS), cette réponse est scandaleuse. Elle rappelle que des conditions générales (CG) abusives sont considérées comme illégales en Suisse. Et selon elle, c'est le cas ici.

Une argumentation qui n'a pas su convaincre le Tribunal fédéral, qui estime que la plainte du Haut-Valaisan n'est pas suffisamment fondée. Contactée, la filiale bancaire de Belalp-Simplon assure que tout s'est fait dans les règles de l'art.

*Prénom d'emprunt

(ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • FanDu46 le 14.05.2019 16:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle image !

    Belle image pour la Raiffeisen ! Il ne fallait pas verser l'argent directement à la société mais au client d'abord pour que lui paie une fois les documents fournis ! Que la justice suive aveuglement la banque en dit long sur les relations entre les banques et l'état !

  • Affolter Justine le 14.05.2019 16:00 Report dénoncer ce commentaire

    Mimolette

    Je vais devoir bientôt financer le rachat d'une maison, je pensais aller à la Raiffeisen (où j'ai fait mon apprentissage), mais réflexion faite, j'irais voir ailleurs.

  • Ganser le 14.05.2019 15:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà que qu'est le gouvernement, protège ses arri

    C'est une vraie honte !!

Les derniers commentaires

  • Smash le 15.05.2019 20:48 Report dénoncer ce commentaire

    Client Naïf

    La banque n'est pas responsable. Malheureusement certains font confiance aveuglement.

  • Le justicier le 15.05.2019 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    Le client a tort !

    Aucune erreur de la part de la banque. L'argent étant déjà arrivé dans l'entreprise ayant fait faillite, c'est cette dernière qui doit rembourser le client pour qu'il puisse rembourser son hypothèque. Les gens dans les commentaires parlent mais ne connaissent rien.

  • Alain Carthoblaz le 15.05.2019 10:31 Report dénoncer ce commentaire

    ça c'est du managing....

    Je suis pas surpris. Ces dernières années, l'image de la Raiffeisen, banque proche du peuple c'est finit. Légale ou pas, cette affaire est scandaleuse, et montre bien le mépris total de certaines de nos banques pour le citoyen Suisse. Hésitez pas à changer, vous leur devez rien.

  • Bonne foi le 15.05.2019 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reffezenn

    Une banque a un devoir de diligence et est soumise au principe de bonne foi. C'est à elle qu' incombe l'obligation de faire preuve de professionnalisme envers ses clients, de les conseiller, les mettre en garde, les renseigner. De même qu'un automobiliste devrait pouvoir faire confiance à son mécanicien.. Attitude révoltante que celle de cette Raiff'.

  • Phil le 15.05.2019 09:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amateurisme

    Effectivement ...... grossière erreur .... Quand l'amateurisme d'une banque est de mise il n'y a plus rien à dire .....