Nouvelle mode du «botellón»

17 août 2008 11:46; Act: 17.08.2008 11:53 Print

«La prévention contre l'alcool est inadaptée»

Face aux «botellónes», ces soirées en plein air où les jeunes consomment à la bouteille de grandes quantités d'alcool, la prévention nationale est dépassée, estime Pierre Maudet.

Une faute?

Le président de la Commission fédérale pour la jeunesse et l'enfance veut intervenir auprès de Pascal Couchepin.

Le problème réside moins dans la fréquence de la consommation, que dans les grandes quantités d'alcool ingurgitées en une fois, explique le conseiller administratif de la Ville de Genève dans une interview au Matin Dimanche. Et d'ajouter que les campagnes nationales qui parlent du «verre de trop» sont dès lors obsolètes.

«Il faut une prévention à la française ou à l'anglaise. Plus explicite sur les ravages de la boisson, même si cela choque», poursuit Pierre Maudet.

Depuis le début de l'été, Genève est confrontée au «botellón», une mode venue d'Espagne qui consiste à se donner rendez-vous dans un lieu public où chacun apporte à boire. Le phénomène a provoqué bien des problèmes sur la péninsule, où les municipalités les plus concernées ont fini par l'interdire.

Parc fermé et nouveaux rendez-vous

Convoqué sur internet, un premier événement du genre a réuni mi-juillet un millier de personnes au parc des Bastions à Genève. Aucun incident n'a été enregistré, mais le parc a été souillé par les déchets, les vomissures et les urines.

Une deuxième soirée a été empêchée le 8 août par les autorités qui ont fait fermer à la hâte le parc. En vue du troisième «botellón», prévu le 22 août, la Ville a rencontré la semaine dernière les trois jeunes qui ont lancé l'appel via le site Facebook.

Pierre Maudet et son collègue Manuel Tornare ont demandé aux initiateurs de se grouper en collectif qui devra assurer une régulation de l'événement en termes d'encadrement et de nettoyage. Les jeunes doivent donner leur réponse lors d'une séance agendée en début de semaine.

Interdiction vaine

A Lausanne, les autorités doivent également rencontrer ces prochains jours les initiateurs d'un «botellón» prévu le 23 août au Parc de Montbenon. Selon Pierre Maudet, l'interdiction de ces rendez-vous «serait à terme vaine et ne ferait que reporter le problème ailleurs».

L'avis est partagé par le directeur de l'Office fédéral de la santé publique. Dans une interview au SonntagsBlick, Thomas Zeltner se dit préoccupé par le phénomène mais rappelle qu'une telle interdiction est juridiquement impossible. Et «de toute manière, cela n'avancerait à rien».

Ses recommandations? Que les jeunes évitent de participer à ces beuveries collectives. «S'ils s'y rendent quand même, ils doivent être conscients qu'une consommation excessive d'alcool augmente les risques d'accidents et la propension à la violence».

Et d'ajouter qu'il espère que l'automne sera frais et que l'hiver fera rapidement son apparition. «Le problème sera ainsi réglé de lui-même».

Augmenter les prix

Pierre Maudet va lui plus loin. Il préconise un durcissement à l'encontre des grandes surfaces qui vendent de l'alcool à bon marché. «Je suggère d'agir au plan fédéral pour qu'il ne soit plus autorisé de vendre de l'alcool fort en dessous d'un certain prix».

Enfin, les jeunes doivent se responsabiliser. «C'est pour cela que pour ces 'botellónes' nous voulons des interlocuteurs responsables avec qui dialoguer. Car organiser un événement c'est prendre des responsabilités et demander aux autres participants d'en assumer aussi».

Outre-Sarine, les «botellónes» pointent le bout de leur nez à Zurich. Un rendez-vous a été agendé au 29 août sur les bords de la Limmat. Contactés la semaine dernière par l'ATS, les responsables des départements de la sécurité de Bâle et Berne avaient indiqué être pour l'heure épargnés.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Eastwood le 18.08.2008 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Fun et pas cher

    On peut dire ce qu'on veut sur les dangers. Reste que les beuveries dans les parcs c'est fun, pas cher, et une forme de rencontre desinhibé. La seule forme de prevention possible serait de proposer autre chose qui reunisse ces qualités. Mais ça va être difficile.

  • Plus le 18.08.2008 00:17 Report dénoncer ce commentaire

    aux initiant

    Tout simplement une facture à l'iniateur pour la mise sur pied d'un service d'ordre. Il réfléchirat l'andouille !!!!

  • frangi le 17.08.2008 16:41 Report dénoncer ce commentaire

    y a de la joie!

    Ben.... dans les années 60-80, la jeunesse s'amusait aussi bien qu'aujourd'hui.. y avait moins d'interdits, étions heureux comme des pinsons! Une bonne raclé de temps à autre de nos parents mettait les pendules à l'heure! Y a un grand mal d'être chez les jeunes!

Les derniers commentaires

  • AJS le 18.08.2008 21:00 Report dénoncer ce commentaire

    Raah, Couchepin comme arbitre !

    Maudet ne sait plus où il en est et va pleurer chez Couchepin. Il y a vraiment des moments joyeux sur ces talk-backs !. Le Président sans son verre à la main ? Impensable. Alors quoi, on fume plus, on boit plus, on bouffe plus. A quand les caméras sous les plumards ?.

  • yann le 18.08.2008 14:02 Report dénoncer ce commentaire

    jean maudet ou pierre calvin

    c est bien si ca continue comme ca plus de clope, d alcool, c est quoi la suite le bruit interdiciton de ce regrouper deja que geneve n es pas bien amusante comme ville c est pas fait pour s arranger tout ca bientot on s amusera plus a teheran qu a GE.

  • Lex le 18.08.2008 10:11 Report dénoncer ce commentaire

    Trouver des solutions à quoi ?

    Si ils font ça c'est surement à cause de 1. Le prix des boissons en boite 2. L'interdiction de fumer (je parle pour GE là) 3. Parce que c'est certainement moins glauque que dans une boite de nuit. Comme dit, essayer donc de trouver mieux pour régler le problème.

  • Eastwood le 18.08.2008 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Fun et pas cher

    On peut dire ce qu'on veut sur les dangers. Reste que les beuveries dans les parcs c'est fun, pas cher, et une forme de rencontre desinhibé. La seule forme de prevention possible serait de proposer autre chose qui reunisse ces qualités. Mais ça va être difficile.

  • yann le 18.08.2008 04:28 Report dénoncer ce commentaire

    politiciens = alcoolique

    alors bon M.Maudet est un comique. l alcool fort est interdit en dessous de 18 ans si il n y a pas de controle je ne vois pas pourquoi il faudrai que tout le monde paie. ensuite a 18 ans on est majeur donc d un point de vue legal celui qui veut boire et vomir et etre mal a encore le droit de le fair