Lucerne

03 juillet 2014 09:00; Act: 03.07.2014 16:08 Print

«Le rocher peut se détacher à tout moment»

A Weggis, les habitants de cinq maisons devront quitter définitivement leur demeure d'ici au 1er août. Un risque d'éboulement menace de détruire ces constructions.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

La situation est dramatique: «Théoriquement, le rocher peut se détacher à tout moment», affirme le président de la commune de Weggis (LU), Baptist Lottenbach. Dix Lucernois sont forcés de quitter à jamais leur maison d'ici au 1er août. Les habitations devront être détruites, pour des questions de sécurité. Un grand bloc risque en effet de s'abattre sur les bâtiments en question, a communiqué mercredi la commune. L'expulsion des habitants est la solution la plus efficace et la moins coûteuse, ont expliqué les autorités.

«C'est une catastrophe pour moi. Je suis resté bouche bée lorsqu'on m'a appris la nouvelle», déplore un des Lucernois concernés par la mesure. Son avis est partagé par une autre habitante de Weggis: «Il ne s'est jamais rien passé. Je trouve la décision ridicule.» «Le risque d'éboulement est un sujet de conversation récurrent au village. Cette menace est effrayante parce que, en cas d'éboulement, la route cantonale serait également touchée», souligne cependant un homme habitant depuis vingt-huit ans dans la commune.

Trouver une solution financière

Baptist Lottenbach, lui, insiste aussi sur la dangerosité de la situation. Selon lui, plusieurs «petits et grands événements» ont contribué à cette décision d'évacuation: «En été 2013, un bout de rocher, qui pesait une tonne, est notamment tombé sur la route cantonale.» A la question de savoir pourquoi les habitants concernés n'ont pas été évacués immédiatement, le président de la commune répond qu'il avait hésité à leur faire subir une mesure aussi lourde de conséquences. «Nous allons les aider comme nous le pouvons. Nous allons engager des entreprises de déménagement, mettre à leur disposition des entrepôts où ils peuvent stocker leurs affaires et tenter de trouver des logements de remplacement», assure Baptist Lottenbach.

La commune serait également en discussion avec le Canton et la Confédération afin de pouvoir aider financièrement les habitants. L'assurance habitation de Lucerne a également décidé de les soutenir: «Si les personnes concernées décident de construire une nouvelle maison, nous allons leur rembourser la valeur de la nouvelle bâtisse. Si elles ne construisent pas, nous leur rembourserons la valeur marchande de leur ancienne maison», promet Peter Sidler, directeur du service des assurances de Gebäudeversicherung Luzern. Il est néanmoins conscient qu'il sera difficile de trouver un terrain adéquat. Une fois que les maisons seront évacuées, des travaux de consolidation de la roche devront être effectués. Gebäudeversicherung Luzern est une entreprise à but non lucratif qui assure depuis 1810 toutes les habitations, les bâtiments publics, industriels et commerciaux. Les propriétaires de logements n'ont donc pas le libre de choix d'assurance.

Vaud va publier cet automne les cartes des zones à risques du canton. Pour Christian Gerber, chef de projet de l’unité des dangers naturels, cette publication permettra de mettre en lumière les régions à problèmes. En cas de soucis, des mesures seront prises, mais au cas par cas. Elles peuvent prendre beaucoup de temps «et aller jusqu’à l’expropriation». Le professionnel cite le cas des propriétaires de biens à Vallamand (voir encadré) et Mur. Des éboulements ont été constatés dans cette région en 2001 et 2006. Le cas est en passe d’être réglé maintenant.

(dag/cza/sma/ofu)