Edelweiss à l'école

15 décembre 2015 11:22; Act: 15.12.2015 12:08 Print

«Nous ne voulions provoquer personne»

Une prof de Gossau (ZH) a estimé vendredi passé que la chemise à edelweiss que portaient dix de ses élèves était raciste. Pour la première fois, les écoliers s'expriment sur les faits.

storybild

Cette photo a été publiée sur Facebook avant que les médias ne se saisissent de l'affaire. (Photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire des chemises à edelweiss était sur toutes les lèvres, lundi matin dans le préau de l'école Berg de Gossau (ZH). La semaine dernière, une enseignante de l'établissement scolaire avait prié dix de ses élèves – arborant la tenue patriotique – d'aller se rhabiller. Les jeunes, qui sont en 3e année d'école secondaire, étaient arrivés en classe vêtus d’une chemise à edelweiss. La vue de cet habit typiquement suisse avait fortement déplu à leur prof.

Nos collègues de «20 Minuten» sont parvenus à parler avec les écoliers en question. «Nous ne voulions provoquer personne. Nous l'avons fait pour nous», raconte l'un d'entre eux. «Le soir avant le fameux jour, on s'est demandé si quelqu'un allait remarquer notre action. On n'aurait jamais cru que les réactions allaient être si vives.» Selon l'ado, c'est une discussion menée au sein d'une assemblée d'élèves qui a incité le groupe de jeunes à venir en cours vêtu de la sorte. L'assemblée aurait débattu au sujet d'une éventuelle interdiction de la chemise à edelweiss.

Un autre écolier explique que leur action a non seulement choqué l'enseignante en question, mais aussi leurs camarades: «Notre classe est divisée. Certains nous soutiennent, d'autres pas.» L'ado souligne néanmoins qu'il n'y a jamais eu de problème avec des élèves issus des Balkans, contrairement à ce qu'avait rapporté dimanche la «SonntagsZeitung». «Nous voulions simplement montrer que nous sommes fiers de notre pays.»

Afin de calmer les tensions, les écoliers affirment ne plus vouloir porter de telles chemises pendant un moment. «Mais un jour, nous les porterons à nouveau», précisent-ils.

(ann/ofu)