MPC

15 mai 2019 09:21; Act: 15.05.2019 14:07 Print

Le SMS qui fragilise la version de Michael Lauber

par Pascal Schmuck - Michael Lauber affirme qu'il ne se souvient pas d'une troisième rencontre non consignée avec Gianni Infantino. Son agenda, un SMS et une facture font pourtant croire qu'elle a eu lieu.

storybild

De nouveaux éléments font croire à une troisième rencontre informelle entre Michael Lauber et le président de la FIFA. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le lieu de rendez-vous a été fixé au 16 juin 2017 dans l'hôtel de luxe bernois du Schweizerhof, de 9h15 à 11 heures dans la salle de réunion III. C'est en effet ce qui figure dans l'agenda du procureur de la Confédération, Michael Lauber, et de son chef de l'information, André Marty, révèle le «Tages-Anzeiger».

Une troisième personne est invitée, «G.I.», pour Gianni Infantino, le président de la FIFA. Cette information sur cette rencontre informelle figure dans un rapport de 20 pages daté du 9 mai 2019 et réalisé par l'autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (MPC).

«Nous arriverons avec du retard»

Mais si la rencontre était prévue, cette inscription dans l'agenda ne prouve pas qu'elle ait eu lieu, raison pour laquelle une enquête disciplinaire est désormais diligentée. Toutefois, un SMS de Rinaldo Arnold, le procureur général du Valais et ami d'enfance de Gianni Infantino, laisse planer le doute.

Il a averti en effet André Marty à 9h02, soit 13 minutes avant la réunion prévue. «Bonjour André. Le train de Gianni a du retard. Nous arriverons avec quelques minutes de retard. A tout à l'heure. Salutations.» Le responsable de l'information a répondu: «Sali - Pas de problème. Premier étage, salle de réunion III.»

Une facture pour la réunion

Contrairement aux deux précédentes réunions confirmées en 2016, cette troisième rencontre fait toujours l'objet d'un doute de la part de l'autorité de surveillance du MPC. Michael Lauber a affirmé à plusieurs reprises qu'il ne s'en souvenait pas. Or ces trois contacts informels et non consignés posent un problème, car la FIFA est impliquée dans plusieurs procédures pénales du MPC. De quoi remettre en question l'indépendance de l'enquête.

L'autorité de surveillance du MPC a également établi que le 19 mai 2017, soit un mois avant la rencontre, le Secrétariat du procureur de la Confédération avait accepté une offre du Schweizerhof pour réserver la salle de réunion. Une facture a ensuite été envoyée à l'autorité de surveillance pour la location et des collations.

Amnésie générale

Que ce soit Michael Lauber, Gianni Infantino ou André Marty, aucun n'est capable de se souvenir de cette réunion. Quant à Rinaldo Arnold, il a déclaré à l'autorité de surveillance du MPC que cette troisième réunion n'avait pas eu lieu, que le SMS en question faisait référence à la première réunion entre Infantino et Lauber en mars 2016 et que la date du SMS était probablement erronée.

Selon l'autorité de surveillance, il est inimaginable que le procureur de la Confédération ne se souvienne pas de ce contact au Schweizerhof. En attendant les conclusions de l'enquête disciplinaire, Michael Lauber doit affronter une nouvelle épreuve. La commission judiciaire du Parlement doit décider ce mercredi si elle recommande ou non à l'Assemblée fédérale la réélection du procureur.