Transports

10 mars 2011 11:42; Act: 10.03.2011 16:24 Print

«Restez au lit pour décharger le RER»

Un député socialiste zurichois propose de modifier les horaires des apprentis pour décharger les trains aux heures de pointe.

storybild

Retarder le début des cours, le matin, ne fera qu'aggraver la situation dans les trains le soir. (Photo: Keystone)

Une faute?

Comme dans d’autres grandes villes de Suisse, les RER de l’agglomération zurichoise regorgent de monde aux alentours de 7h du matin. A Zurich, ce sont les lignes S5 et S12 qui sont particulièrement touchées, explique le «Tages Anzeiger». Les gymnasiens et les apprentis représentent le gros des troupes.

Pour tenter de résoudre le problème de la surcharge des trains de banlieue aux heures de pointe, le député socialiste Marcel Burlet propose dans une interpellation parlementaire que les cours débutent à 9h au lieu de 7h30, comme c’est le cas aujourd’hui. Le député constate que la Suisse est le seul pays d’Europe avec la Pologne à commencer l'école si tôt le matin. Son initiative vise non seulement à décharger les RER, mais aussi à lutter contre ce qu’il considère être une fatigue «chronique» des élèves.

Début de l’école à 8h20

Les élèves veulent-ils vraiment que l’on repousse à plus tard le début des cours? Dans un travail de maturité achevé il y a deux ans, Dominik Benz, un gymnasien de la région de Winterthour, arrive à la conclusion que ce n’est pas le cas. L’heure idéale, selon les jeunes interrogés, serait 8h20. Ce résultat a étonné Dominik Benz, mais il pense que les élèves préfèrent être fatigués tôt le matin, à l’école, pourvu qu’ils quittent celle-ci à une heure acceptable, l’après-midi.

Cette mesure ne fera que déplacer le problème

Peter Ritzmann, recteur de l’école cantonale de Küsnacht (ZH), estime que la proposition du député Burlet ne fait que déplacer le problème de la surcharge des RER: «Si nous commençons l’école plus tard, nous terminerons plus tard aussi. Et nos élèves viendront s’ajouter à d’autres pendulaires à l’heure de pointe du soir», commente-t-il. Ursula Hess, porte-parole des transports publics zurichois, partage cette manière d’envisager la question. Elle n’est cependant pas en mesure d’indiquer le nombre d’élèves qui empruntent les RER à l’heure de pointe du matin. Selon une étude ces derniers représenteraient plus de 50% des voyageurs.

(rga)