Attaque à la tronçonneuse

22 août 2017 09:50; Act: 22.08.2017 11:51 Print

«Ses motivations sont liées à un vieil accident»

par Jennifer Furer/ofu - On en sait un peu plus sur les raisons qui ont poussé un quinquagénaire à blesser deux personnes avec une tronçonneuse, fin juillet à Schaffhouse.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Franz W., 51 ans, a tenu les forces de l'ordre en haleine, le 24 juillet dernier à Schaffhouse. Le quinquagénaire avait pénétré dans une filiale de l'assurance CSS avec une tronçonneuse et avait blessé deux employés, dont un grièvement. Le marginal s'était ensuite enfui avant d'être interpellé deux jours plus tard à Thalwil (ZH).

Pour l'instant, on ignorait pourquoi le quinquagénaire avait agi de la sorte. Interrogé mardi par nos collègues de «20 Minuten», son avocat Thomas Fingerhuth révèle: «Ses motivations sont liées à un accident de la route survenu en 1999.»

«Il en a probablement eu marre»

Franz W. avait en effet subi de graves lésions à la tête. Et après l'accident, il s'était battu pendant des années avec son assurance, la CSS, à propos de remboursements d'argent. «Au bout d'un moment, il en a probablement eu marre. Finalement, la situation a dégénéré», explique son avocat.

Un ancien bailleur du quinquagénaire avait lui aussi évoqué cet accident de voiture, dans un entretien accordé à nos collègues alémaniques peu après les faits. Franz W. lui avait expliqué être rentier AI à 100%: «Il m'a dit qu'il avait subi un traumatisme après un accident.»

Thomas Fingerhuth précise de son côté que des vérifications sont en cours pour déterminer si l'assurance a bien fait son travail dans le traitement du dossier de Franz W. «Nous nous trouvons encore au début de l'enquête. Mon client se trouve actuellement en détention provisoire.»

Pas encore de nouvelles du Ministère public

Interrogée, la CSS n'a pas souhaité commenter les déclarations de l'avocat en raison de l'enquête en cours. La porte-parole Nina Mayer souligne néanmoins: «Nous n'avons pas encore eu de nouvelles du Ministère public.» Selon elle, l'assurance se demande elle aussi ce qui a pu le pousser à agir de la sorte.

Le Ministère public n'a pas non plus voulu s'exprimer sur l'enquête en cours. Le procureur Peter Sticher assure cependant qu'une communication sera faite dès qu'il y aura du nouveau.