Sans-papiers

01 octobre 2011 18:52; Act: 01.10.2011 20:41 Print

«Stop à l'hypocrisie»

Quelques milliers de personnes ont défilé samedi à Berne à l'appel du Mouvement pour les sans-papiers qui fête ses 10 ans.

storybild

«Personne n'est illégal», ont rappelé les manifestants issus de nombreuses organisations en faveur de l'asile. (Photo: Keystone)

Une faute?

A l'appel du Mouvement des sans-papiers, quelques milliers de personnes, 5000 selon les organisateurs, ont défilé dans le centre de Berne samedi. Les participants ont revendiqué la régularisation collective des personnes sans statut légal résidant en Suisse.

«Personne n'est illégal», ont rappelé les manifestants, dont plusieurs centaines de Somaliens. La manifestation était soutenue par des centaines d'organisations et des partis politiques, souligne un communiqué de l'organisation Solidarité sans frontières.

«Une hypocrisie politique majeure caractérise la politique suisse à l'égard des sans-papiers: d'un côté la nécessité de cette main d'oeuvre pour l'économie et de l'autre, la négation officielle de leurs droits fondamentaux», s'insurge le Mouvement des sans-papiers.

Le collectif a profité de la manifestation pour appeler la population à signer sa pétition, lancée le 3 mai. Celle-ci demande la mise en place de conditions permettant la régularisation des personnes sans statut légal résidant en Suisse.

Renvoi forcé

Dans l'immédiat, le Mouvement pour les sans-papiers exige du Conseil fédéral qu'il renonce à sa politique de renvoi forcé inhumaine, inutile et coûteuse. Il demande le maintien de l'accès à la scolarité pour tous les enfants de sans-papiers.

Pour le Mouvement, il faut aussi mettre sans tarder un dispositif d'accès à l'apprentissage pour les jeunes sans-papiers, comme demandé par les Chambres fédérales en 2010.

Régularisation individuelle

Selon les estimations, il y a au moins 100'000 sans-papiers en Suisse. Il s'agit de personnes ayant une identité et un passeport mais qui résident en Suisse sans autorisation de séjour. L'écrasante majorité d'entre elles travaille et certains paient leurs impôts et cotisent aux assurances sociales, rappelle le collectif.

Malgré les appels répétés du Conseil de l'Europe, la Suisse a toujours refusé de mener une régularisation collective des sans- papiers, rappelle l'organisation Solidarité sans frontières. Et d'ajouter qu'avec la jurisprudence actuelle, «les régularisations individuelles sont pratiquement impossibles».

(ats)