Suisse

24 mai 2016 13:30; Act: 24.05.2016 17:56 Print

«Vingt jours de congé, c'est raisonnable»

par Christine Talos - Les syndicats lancent une initiative pour un congé paternité de quatre semaines. Interview d'Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse.

storybild

Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, est aussi le président de la coalition derrière l'initiative. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les pères devraient bénéficier d'un congé paternité de quatre semaines au moins. Les syndicats et des associations de la société civile ont lancé mardi à Berne une initiative populaire en ce sens. Ils ont jusqu'au 24 novembre 2017 pour récolter les 100'000 signatures nécessaires. Cette assurance paternité se ferait sur le modèle de celle qui prévaut déjà pour les mères et serait réglée via les allocations pour perte de gains (APG). Les quatre semaines pourraient être prises durant l'année qui suit la naissance. Explications avec Adrian Wüthrich, président de l'association «Le congé paternité maintenant!» et également Travail.Suisse.

Le Parlement a refusé une trentaine de fois le congé paternité, il vient encore d'enterrer en avril une initiative parlementaire du Grison Martin Candinas réclamant un congé paternité de 2 semaines. Vous, vous réclamez 4 semaines. N'êtes-vous pas trop exigeant?Adrian Wüthrich Non. Vingt jours de congé paternité, c'est raisonnable. Il s'agit d'un bon compromis entre ceux qui veulent 2 semaines de congé, et d'autres qui réclament plusieurs semaines de congé parental. C'est la raison pour laquelle notre proposition est soutenue par une large coalition.

Qu'attendez-vous de ces 4 semaines pour les pères?

Cela représente le premier pas pour mieux concilier famille et travail. Nous voyons que beaucoup de femmes travaillent, que les hommes en font autant à majorité à plein temps. Or, pour les femmes, ce n'est pas facile de gérer la situation après la naissance d'un enfant et le congé paternité va améliorer la situation. Et c'est bien pour les mères, les pères, les enfants, et aussi pour l'économie qui pourra compter sur les femmes qui seront plus vite de retour sur le marché du travail.

La droite conservatrice rejette le principe du congé paternité. Elle estime que fonder une famille est une affaire privée dans laquelle l'Etat n'a pas à s'immiscer. Ce n'est donc pas votre avis?

C'est à l'Etat de définir les conditions-cadres pour l'économie et un congé paternité entre dans ce contexte-là. C'est une nouvelle condition-cadre à fixer. Nous sommes le seul pays en Europe qui n'a aucun congé paternité dans son droit. Nous voulons faire un premier pas pour changer la donne grâce à notre initiative. En outre, c'est aussi une question d'égalité homme-femme, comme le prévoit la Constitution fédérale.

Les 2 semaines de congé paternité réclamées de Martin Candinas ont beaucoup été commentées dans les médias ces derniers temps. Il n'est pas là aujourd'hui. Ne cautionne-t-il donc pas votre initiative?

Il n'a effectivement pas voulu être présent, car cela fait même pas un mois que le Parlement a rejeté sa proposition. Mais nous avons une large coalition derrière notre initiative. Nous n'avons pas besoin de Martin Candinas, car beaucoup d'organisations sont avec nous. Nous sommes sûrs que le Parlement, avec la perspective des prochaines élections fédérales, va à nouveau réfléchir s'il veut vraiment refuser l'idée d'un congé paternité.

Financer 4 semaines de congé paternité, c'est faisable selon vous?

Oui. Le National, fin avril, a voté pour octroyer 400 millions à l'agriculture. L'argent n'est donc pas un bon argument. Surtout que nous prévoyons de financer ces 4 semaines via les APG (allocations perte de gain). Et ce sont les travailleurs et les employeurs qui les paieront à parts égales. C'est donc une bonne solution pour tout le monde.

Les grandes entreprises parviendront sans doute à payer ces APG. Mais les petites PME auront-elles la capacité de le faire?

J'ai moi-même travaillé dans une PME, comme beaucoup d'autres hommes. Et ceux-ci font le service militaire. Je ne vois pas la différence pour les petites entreprises entre le congé paternité et le service militaire que les hommes doivent effectuer plusieurs fois dans leur vie, soit au minimum 6x 3 semaines de cours de répétition pour un soldat classique, et bien plus pour ceux qui veulent grader. Si l'économie peut gérer cela pour notre sécurité, elle peut le faire aussi pour les familles. D'autant que nous ne faisons pas assez d'enfants dans notre société vieillissante. Nous devenons plus âgés et il faut contribuer aujourd'hui à favoriser la natalité pour rétablir l'équilibre.

Il aura fallu 60 ans pour obtenir le congé maternité, on en est aujourd'hui à 18 ans pour la première tentative de congé paternité devant le peuple. Qu'est-ce qui vous faire croire que ce projet est mûr pour être accepté par les Suisses aujourd'hui ?

Déjà le soutien de la société! Après la décision négative face au congé paternité du National fin avril, plus de 1200 personnes sont venues nous proposer leur aide pour récolter des signatures. Et ce matin, en 4 heures, nous avons obtenu déjà presque 2000 paraphes via notre site internet. On constate donc que la société civile réclame maintenant cette solution et nous avons pu facilement créer cette alliance élargie avec 140 organisations du centre-gauche comme du centre-droit. Jusqu'ici, elles étaient nombreuses à avoir leur propre idée sur la question, et aujourd'hui, toutes les associations de pères, de femmes et toutes les organisations familiales se sont rangées derrière notre solution. Je suis donc sûr qu'avec un tel soutien, nous aurons une majorité au Parlement, et ensuite devant le peuple.

On sait que le congé paternité concerne plutôt les jeunes tandis que les citoyens plus âgés y sont plutôt réfractaires. Or ce sont eux qui vont surtout voter

C'est vrai. Mais je pense que tous ceux qui ont un fils ou une fille en âge de fonder une famille seront rendus sensibles à cette question par leurs enfants. Les politiciens suivront, surtout avec la perspective des fédérales en 2019. Il y a beaucoup d'avantages à avoir un congé paternité. Mais il faut maintenant l'expliquer au peuple et à la société. Et je suis sûr que nous serons entendus.

(nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • John Doe Lard le 24.05.2016 15:10 Report dénoncer ce commentaire

    Parce que 1 jour c'est vraiment rien.

    Si déjà tout le monde pourrait avoir une semaine ce serait déjà bien.

  • Rakken le 24.05.2016 15:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quand-même

    et c'est un minimum ! en 3 jours tu n'as pas le temps de profiter de ton enfant! ce sont des moments unique qui ne reviendront jamais sans parler du soutient à la mère!

  • Laetitia le 24.05.2016 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre

    Je n'arrive pas comprendre les personnes qui sont contre cette initiative.

Les derniers commentaires

  • Nasha Gagnebin le 25.05.2016 14:06 Report dénoncer ce commentaire

    Et les adoptants?

    Toujours rien pour les parents adoptifs. Ça devient scandaleux.

  • José le 25.05.2016 09:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    1 jour c'esp pas assez, 4 semaines c'est trop

    Jamais ca ne passera, les initiants sont trop gourmands... Autant demander 2 semaines et être sûr que le peuple votera oui

  • Zezette le 24.05.2016 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    Voui mais...

    20 jours ! c'est-à-dire tout 1 mois ! Déjà que les collègues femmes en congé mat. ne sont pas remplacées... si en plus les jeunes pères s'y mettent, nous, collègues nulles....ipares n'avont pas fini de rire. Leur proposition de loi, elle verse les heures supp' non payées aux collègues qui doivent faire le boulot des bienheureux parents en congé ?

  • pierre le 24.05.2016 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'argent des autres

    dans le privé c'est style 2 ou 5 jours... dans le public ( vous savez ces métiers payé par l'argent des autres... prof, employé communaux etc...) c'est 10, 20 voir plus. on est toujours plus généreux avec l'argent des autres. merci les imposés

  • Kib le 24.05.2016 17:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pere ???

    Un conge pour le pere ??? mdr .... c'est a la mere de s'occuper des gosses !