Nouvelle application

03 mars 2011 10:05; Act: 03.03.2011 10:31 Print

«iRega» a déclenché 300 fausses alertes

La nouvelle application de la société de sauvetage en cas d’accident est très appréciée en Suisse et la centrale de la Rega croule sous les fausses alarmes.

storybild

La simplicité de la nouvelle application de la Rega a causé le déclenchement de nombreuses fausses alertes. (Photo: Keystone)

Une faute?

Depuis près d’un mois, une application gratuite pour iPhone permet de gagner du temps en cas d’urgence en Suisse ou à l’étranger. Elle transmet les données de géolocalisation à la centrale de la Rega. L’application «iRega» livre les coordonnées et l’identité de l’utilisteur par SMS. Elle établit en outre une liaison téléphonique directe avec la centrale d’intervention.

108'000 personnes ont téléchargé cette application depuis le début février. Elle figure ainsi au huitième rang des applications gratuites les plus utilisées en Suisse. Grâce à ce système, les sauveteurs de la Rega sont intervenus à neuf reprises dans des cas d’urgence.

Revers de la médaille: depuis son introduction, trois cents fausses alertes ont été déclenchées dans toute la Suisse grâce à cette nouvelle application. «Ceux qui appellent par erreur s’excusent ensuite et nous expliquent qu’ils se sont plantés», indique Christian Trottmann, porte-parole de la Rega. Il ajoute qu’avant l’introduction d’«iRega» les fausses alertes étaient extrêmement rares.

Gare aux faux sentiments de sécurité

Les experts saluent la nouvelle application de la Rega. «Plus nous disposerons de système d’alarme performants, mieux cela vaudra en cas d’urgence», constate Andres Bardill, secrétaire du Secours alpin suisse, dans le «Tages-Anzeiger».

Christian Frischknecht, guide de montagne et responsable des sports alpins au Club alpin suisse est beaucoup plus sceptique: «L’innovation technologique peut induire les gens à se bercer dans une fausse illusion de sécurité. Beaucoup de personnes oublient que le sauvetage a ses limites». Pour Frischknecht, les portables ont changé beaucoup de choses: «Dans la face nord de l’Eiger, tout le monde a des liaisons téléphoniques. Ce sentiment de sécurité peut inciter certains à se lancer dans la paroie en se disant «on verra bien».

La Rega partage ce constat. «Malgré les progrès fulgurants, il serait téméraire de trop se fier à la technique. Toute course dans les Alpes doit être soigneusement préparée», recommande Christian Trottmann.

(rga)