Mauthausen

13 mai 2012 13:48; Act: 13.05.2012 14:21 Print

10'000 personnes rassemblées

Environ 10'000 personnes se sont rassemblées dimanche pour commémorer le 67e anniversaire de la libération du camp de concentration nazi de Mauthausen.

Sur ce sujet
Une faute?

Les manifestants, venus de plus de 50 pays, dont une forte délégation française, ont rendu hommage aux dizaines de milliers de déportés victimes des crimes de la dictature nazie et ont témoigné de leur volonté de lutter «contre le fascisme, le racisme et toute forme de discrimination», a déclaré le président du Comité autrichien Mauthausen (MKÖ), l'Autrichien Willi Mernyi.

Même si le camp de concentration de Mauthausen n'a pas été un camp d'extermination, comme ceux d'Auschwitz, Maidanek, Sobibor, Treblinka, Chelmno ou Belzec, tous situés en Pologne, 15.000 juifs et des centaines de roms y ont trouvé la mort, sans compter les milliers de juifs hongrois décédés en 1945 durant «les marches de la mort» jusqu'à Mauthausen.

Sur les 200.000 déportés à Mauthausen de 1938 jusqu'en mai 1945, la moitié a été assassinée, dont 30.000 Polonais, selon le Projet de recherche sur l'Holocauste.

Au nom des milliers de jeunes présents, la petite-fille du déporté autrichien Johannes Müller, Jenny Mendl, a souligné «la responsabilité des jeunes générations pour aujourd'hui et demain», afin que «l'indicible ne se reproduise plus». Parlant au nom des roms, Nicole Sevik, de l'association Ketani pour les roms et sinti, a souligné que «la plus importante minorité d'Europe était aussi celle qui souffre encore aujourd'hui le plus de discriminations» et elle a appelé «la jeunesse à tirer les leçons de l'histoire et à considérer la dignité humaine comme le bien le plus précieux de l'humanité». 

(afp)