Spiez (BE)

14 septembre 2018 02:30; Act: 14.09.2018 11:46 Print

Laboratoire stratégique visé par 2 espions russes

Deux espions russes ont été arrêtés et renvoyés chez eux alors qu'ils se dirigeaient vers le Laboratoire de Spiez.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Deux espions russes ont été arrêtés au printemps par les autorités néerlandaises et renvoyés dans leur pays. Ils étaient en route pour le Laboratoire de Spiez (BE) qui a notamment participé aux analyses de l'agent neurotoxique utilisé pour empoisonner Sergueï Skripal.

Le Tages-Anzeiger et le journal néerlandais NRC Handelsblad rapportent jeudi, citant des sources anonymes, que les deux hommes sont soupçonnés d'avoir voulu espionner le laboratoire de l'Office fédéral de la protection de la population, spécialisé dans les menaces chimiques.

L'affaire Skripal

Fait particulièrement intéressant, l'établissement enquête non seulement sur des allégations d'attaques au gaz toxique en Syrie mais aussi sur des soupçons visant Moscou dans le cas de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille au début du mois de mars à Salisbury en Angleterre.

Les Skripal ont survécu à l'empoisonnement, ainsi qu'un policier contaminé en leur portant secours. En juin, deux nouvelles personnes avaient été contaminées par la même substance, l'agent innervant Novitchok. L'une d'entre elles est décédée quelques jours après.

Cette affaire a engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux et abouti à une vague historique d'expulsions croisées de diplomates, ainsi qu'à de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

Ciblé par des hackers

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a confirmé à la cellule enquête de Tamedia et à Keystone-ATS être au courant du «cas de La Haye et du renvoi des deux espions russes». La responsable de la communication au sein du SRC affirme que «le Service a activement participé à cette opération avec ses partenaires néerlandais et britanniques». L'intervention a permis de «prévenir toute action illégale contre une infrastructure suisse critique».

Le SRC ne donne pas plus d'informations sur le déroulement de l'opération ni sur l'identité de «l'infrastructure suisse critique». D'après les recherches des journaux, il s'agit du Laboratoire de Spiez.

Le porte-parole de l'institut en question Andreas Bucher a dit ne pas pouvoir commenter les informations du SRC. Il peut en revanche confirmer que «le Laboratoire a été ciblé par des pirates informatiques. Mais nous sommes préparés à de telles éventualités. Aucune donnée n'a fuité».

MPC aussi impliqué

Selon le NRC Handelsblad, les deux espions transportaient du matériel qui leur aurait permis d'entrer dans le réseau informatique du Laboratoire. La Haye accueille le siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui s'occupe activement des événements en Syrie et à Salisbury. L'un de leurs laboratoires de référence est justement celui de Spiez.

Moscou a démenti à plusieurs reprises les accusations selon lesquelles des espions russes seraient responsables de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia. Par ailleurs, la Russie, qui soutient Damas dans la guerre civile qui l'oppose à des opposants au régime, nie que l'armée syrienne ait utilisé des armes chimiques.

De son côté, le Ministère public de la Confédération (MPC) a confirmé à Keystone-ATS qu'il avait ouvert, dans un autre contexte, une procédure pénale pour espionnage et services de renseignements politiques en mars 2017. «Dans le cadre de cette procédure, deux personnes ont pu être identifiées en collaboration avec le SRC. Il s'agit des personnes concernées par l'opération mentionnée par le SRC», précise le MPC, qui ne donne pas d'autres indications pour l'instant.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • on rigole le 14.09.2018 07:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hihi

    c'est marrant comme la profession d'espion a perdu en discrétion.

  • James Bond le 14.09.2018 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étrange

    « Ils étaient en route pour le Laboratoire de Spiez (BE) »... Et de plus arrêtés par des néerlandais...et comment ont-ils fait pour deviner que les espions se rendaient à Spiez?? Avaient-ils oublier de détruire le message comportant leur objectif, le gogo-message ne sest pas auto-détruit???

  • Jeanvaljean le 14.09.2018 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    Halte où je spray

    Et c'est pas la garde de la caserne qui les aurait arrêté...

Les derniers commentaires

  • Hess le 17.09.2018 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Poutine et ses espions ici et ailleurs

    Aucun doute. Les Russes sont redevenus les ennemis d'antan. Il faut se mefier de leurs faits et gestes. Ils sont loin d'etre de simples gentils touristes de passge venus admirer les lacs et les forets en s'empiffrant de chocolat. Poutine est un dictateur qui elimine physiquement ses ennemis sans hesitation. L'Occident doit l'abbattre pour que l'opposition democratique Russe et la democratie tout court prennent enfin racine dans ce grand pays qui peut tant donner et faire pour avancer la cause humaine sur l'echelle de la planete.

  • John le 14.09.2018 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réveillez-vous!!

    Cest quoi ces connerie? On va aussi nous dire quils voulais voler du gaz nova6? Ou du « novitchok »??? Pis quoi encore, arrêter de croire tout les mensonges quon vous raconte. Les médias officiels sont les plus gros fabricant de fake News de la planète.

  • john le 14.09.2018 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde parle

    Mais on discute que sur des déclarations. Aucunes preuves des deux côtés. Ne juger pas trop vite gens. Nous jugeons par rapport à des preuves pas des déclarations.

  • S. Hokker le 14.09.2018 10:37 Report dénoncer ce commentaire

    Pas pour le foot

    Ce qui est sûr, c'est qu'ils ne venaient pas pour voir un match du championnat suisse de foot. Pas fous, les Russes!

  • Sir Hill le 14.09.2018 10:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Explication

    Vladimir Poutine les a identifiés, c'est des touristes...