Neuchâtel

11 novembre 2019 21:28; Act: 11.11.2019 21:28 Print

200'000 francs pour des projets de proximité

Le gouvernement neuchâtelois lance un programme pour cofinancer des projets qui favorisent l'économie de proximité. Une première enveloppe de 200'000 francs est disponible. Une petite dizaine de projets pourraient être soutenus dans un premier temps.

storybild

(Photo: istock)

Une faute?

«Nous avons choisi la voie de l'appel à projets car nous voulons que la réflexion se fasse au niveau de la proximité. On veut laisser les acteurs réfléchir à ce qu'ils pensent être pertinents pour eux», a déclaré lundi Jean-Nat Karakash, chef du Département de l'économie et de l'action sociale.

Les objectifs sont de renforcer l'économie de proximité, dynamiser les centres des villes et des villages, promouvoir la consommation locale ou encore stimuler les partenariats. L'appel à projets est adressé à tout groupement d'entreprises, association, institution ou autre groupe de personnes organisé (plates-formes) actifs dans ce domaine.

Les meilleurs projets pourront bénéficier d'un soutien cantonal de 50%, représentant au maximum un montant de 50'000 francs. Ils doivent être déposés d'ici à fin janvier 2020, en s'inscrivant, via un formulaire dédié, sur le site internet de l'Etat.

«On pense que la demande existe. On ne sait toutefois pas s'il va y avoir cinq, dix ou 50 projets déposés. On estime que l'on va soutenir six à dix projets avec une moyenne de 25'000 francs», a ajouté Jean-Nat Karakash.

Soutien unique

L'enveloppe pourrait être légèrement dépassée si besoin ou revue à la baisse s'il n'y a pas assez de projets qui répondent aux critères. «Si le premier appel à projets est un échec, on le calibrera autrement et on le refera. De toute façon, une nouvelle enveloppe de 200'000 francs est prévue d'ici à 2023», a expliqué le conseiller d'Etat.

Le projet retenu ne pourra pas être soutenu, d'un autre côté, par les aides cantonales ordinaires. Il devra bénéficier d'autres sources de financement et devra être viable dans le temps. «Le vrai défi est de trouver des projets qui ont une pérennité», a précisé Jean-Nat Karakash.

«Le soutien d'impulsion sera unique. Il ne servira pas à soutenir un budget de fonctionnement, mais pourrait être donné pour assumer des frais de démarrage», a précisé Caroline Choulat, cheffe adjointe du Service de l'économie.

Les projets privilégiés seront notamment ceux qui ont une approche innovante, qui sont cohérents avec les trois dimensions du développement durable (environnement, social, économie), qui présentent des retombées positives et qui n'entraînent pas de concurrence au plan local. La dissémination du projet sur l'ensemble du territoire neuchâtelois pourrait être un avantage.

Dans les exemples de projets soutenus, il pourrait y avoir la création de réseaux d'entreprises, des partenariats entre fournisseurs et distributeurs locaux, des partenariats permettant la survie de commerces locaux dans les petites localités ou des démarches du type «boutique à l'essai» visant à éviter les vitrines vides.

Tisser un réseau

La notion de partenariat entre différents acteurs est fortement encouragée par l'Etat. «L'idée est de tisser un réseau qui puisse être dupliqué ou utilisé par d'autres», a ajouté Caroline Choulat. «On pourrait imaginer que des entreprises de différents domaines (massages en entreprises, conciergerie, graphisme) croisent leur carnet d'adresses de clients», a expliqué Jean-Nat Karakash.

Le conseiller d'Etat a ajouté qu'à l'issue du délai à fin janvier, il s'écoulera quelques semaines avant que la décision sur les projets retenus soit communiquée. L'annonce interviendra au 1er trimestre 2020.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pfffff le 11.11.2019 22:57 Report dénoncer ce commentaire

    Jouer les dames patronnesses

    qui, à grand renfort de chichis, et de sourires plein de componction, allaient distribuer de l'inutile, du superflu et de l'insuffisant aux familles des ouvriers en esclavage dans les usines de leurs patrons de maris. Quel rôle peu glorieux! On le sait, ce qu'il faut, à Neuch', et on le dit: plus de boulot et moins d'impôts. Un ORL, même débutant, diagnostiquerait facilement une surdité sélective. Le plus drôle, c'est qu'il viendra après, expliquer toujours avec le sourire, que ça ne marche pas. Ou alors il fera semblant que ça a marché, avec le sourire, parce que pour lui, ça marche.

  • lol le 11.11.2019 22:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    25% des habitants ont l aide sociale

    et pourquoi pas développé du travail pour les Neuchâtelois et arrêter de favoriser les grosses entreprises qui n engagent que du frontalier qui font mourir gentiment le canton et incitent les Neuchâtelois à partir du Canton

  • la marmotte le 11.11.2019 21:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lol

    faudrait déjà obliger les entreprises à engagé du Neuchâtelois ou résident Neuchâtelois et pas que des frontaliers comme ça se fait à l heure actuelle Horlogerie Goût & région Robella Hôpitaux y a que des français donc qui consomme et ne taxe rien pas en suisse et pendant se temps là les Neuchâtelois voient leurs pouvoirs d'achats diminués et leurs dettes augmentées

Les derniers commentaires

  • mouton noir le 12.11.2019 15:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    MOUGEONS

    il se moque vraiment de nous les guignols qui gèrent le Canton à quand une grosse manifestation en ville de Neuchâtel a non j ai oublié on préfère se plaindre sur les réseaux sociaux et autres que d aller voter quand c'est nécessaire on appel ça un peuple de mougeons mi moutons mi pigeons réveillerez vous un jour peuple Neuchâtelois....?? vous avez pas marre d etre le Canton le plus chers de suisse et de ne pas pouvoir travailler ou habiter dans votre canton de naissance la solution est simple faut refermer les frontières et imposer de l embauche suisse et non française

    • gomez-philippe le 12.11.2019 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @mouton noir

      C'est bien dit tout ça

  • jean Bricotte le 12.11.2019 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    Le cerf du Bredot

    Très peu de frontaliers Suisses viennent dans les usines travail déprimant et qui n apporte rien que de la frustration extrème vecteur de démotivation , peu de choix de Jobs enrichissant et variés aucuns nouveaux jobs comme en Hollande pays tourné vers l international, même ceux qui ont fait des études font des jobs médiocres et ennuyant, quel gachis !

  • Dany le 12.11.2019 12:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ????

    Après avoir empêché la reprise de petites boucheries et autres épiceries existante pour des normes sanitaires excessives (SCAV). Le canton va maintenant payer pour les magasins de proximité !!!

  • Auto Bus le 12.11.2019 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Places de parc

    Pour que les commerces d'une ville ou d'un village fonctionnent, il faut des places de parc. A Neuchâtel ville, on ne cesse depuis 10 ans d'embêter l'automobiliste. Résultat, les citoyens ne vont plus faire leurs courses en ville et les commerçants se meurent. Notons que la moitié de l'ancien parking des jeunes rives est désaffecté !

    • Jane le 12.11.2019 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Auto Bus

      Amusant ce que vous dites. J adore le centre ville de Neuchâtel, ses boutiques et sa zone piétonne. Mais ça fait bien longtemps que je n y met plus les pieds car déjà à 9h du matin, toutes les places sont prises. Il reste la Maladiere où il y a toujours de la place mais c est à 1,5 km du centre ville.

  • Dr fivo le 12.11.2019 06:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    droite dans le dur

    L'état fait un effort pour donner un coup de main au commerce de proximité et comme d'habitude les commentateurs ahuris du 20 minutes ne savent que râler. Toujours pas remis des dernières élections mes ptits droitistes chéris ?

    • Largus le 12.11.2019 07:14 Report dénoncer ce commentaire

      Dr fivo

      Venez vivre à Neuchâtel pour voir comme c'est sympathique de tout partager. Comme ils ont fait fuir une bonne partie des riches dans les années 70-80, tout le monde paye plein pots. Pour certain, ca représente 50% d'impôt en plus entre Neuchâtel et Vaud même s'il ne sont pas riches.

    • Dr fivo (de Neuchâtel) le 12.11.2019 16:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Largus

      Je suis de Neuchâtel gros malin ! La bonne blague. Je ne pense juste pas qu'avec mon porte monnaie.