Médias

21 février 2019 06:54; Act: 21.02.2019 08:55 Print

20minutes.ch épinglé par le Conseil de la presse

Le Conseil suisse de la presse accepte la plainte d'un lecteur de 20minutes.ch à propos d'une photographie qui illustrait un article sur l'usage de faux papiers.

Une faute?

Peut-on publier la photo de la main d'un homme noir tenant une carte d'identité italienne pour illustrer un article titré «Il obtient deux permis de séjour avec de faux papiers», quand le texte précise que l'auteur de l'infraction est Kosovar? Pas sans violer le chiffre de la «Déclaration des devoirs et des droits des journalistes» relatif à la discrimination raciale, estime le Conseil suisse de la presse dans un communiqué du 2 novembre 2018.

Un lecteur lisant uniquement le titre au-dessus d'une telle image déduira de l'ensemble qu'un Africain a fraudé, ce qui est de nature à renforcer les préjugés qu'une partie de l'opinion publique suisse nourrit à l'encontre des personnes originaires d'Afrique noire, souvent perçues comme des profiteurs abusant des lois sur l'asile. Le Conseil suisse de la presse a donc accepté en son point essentiel une plainte de lecteur contre le site «20minutes.ch».

La photo n'amenant par ailleurs aucune information dont la pertinence contrebalancerait le risque de discrimination raciale, le Conseil a estimé qu'il y avait violation des règles déontologiques.
Pour le reste, le Conseil a rejeté la plainte: l'article ne contient pas d'erreur et ne passe pas sous silence des faits importants. La photo retenue pour l'illustrer n'a été ni modifiée ni tronquée. Le devoir de vérité auquel est soumis «20 Minutes» n'a pas été violé.

Par ailleurs, une photo d’illustration ne peut pas en soi violer le devoir de la recherche de la vérité. En l’occurrence, elle a été choisie mal à propos, mais c’est le chiffre 8 de la «Déclaration» sur le respect de la dignité humaine qui a été violé par sa publication. Le chiffre 1 de la «Déclaration» concernant le recherche de la vérité n’est quant à lui pas violé.

(comm/20 minutes)