Réunion au Grütli

03 juin 2011 15:43; Act: 15.07.2011 12:01 Print

L'UDC dans l'illégalité

La réunion du parti de Toni Brunner sur la petite prairie du Grütli, la semaine passée, était illégale d'après la société qui gère le site.

storybild

Le président de l'Union démocratique du centre, lors d'une réunion de son parti le 28 mai à Einsiedeln (SW. (Photo: Keystone)

Une faute?

C'est illégalement que la direction de l'Union démocratique du centre (UDC), présidé par Toni Brunner, s'est réunie la semaine dernière sur la légendaire prairie du Grütli.

C'est ce que souligne dans une lettre adressée au président de l'UDC la Société suisse d'utilité publique (SSUP), qui gère le Grütli. Celle-ci demande des excuses.

La lettre a été adressée mercredi dernier au président de l'UDC, le conseiller national Toni Brunner, signée par le directeur de la SSUP et par sa présidente, l'ancienne Chancelière de la Confédération Annemarie Huber-Hotz. La Société se dit surprise d'avoir appris par les médias la tenue d'une réunion partisane en vue des élections fédérales du comité central de l'UDC sur le Grütli le 27 mai: «vous n'avez pas jugé nécessaire de nous contacter au préalable pour nous demander une autorisation».

La SSUP part du principe que l'UDC ne pouvait ignorer que toute manifestation réunissant plus de 50 personnes sur le Grütli nécessite une autorisation. Par ailleurs, selon une pratique constante, aucune autorisation n'est délivrée pour les manifestations partisanes. C'est ce que prévoit le règlement d'utilisation du site. «Nous condamnons cet acte illégal avec la plus grande fermeté».

Dans un Etat de droit, quelqu'un ne peut pas passer outre toutes les règles, qui plus est un parti gouvernemental, poursuit la SSUP. Dans son propre intérêt,«»«» l'UDC a abusé du Grutli et de ce qu'il représente. Comme d'autres groupements politiques, dont des extrémistes, «vous avez donné le mauvais exemple». La SSUP demande à l'UDC de prendre position et de s'excuser.

Le 27 mai dernier, la veille de l'assemblée des délégués de l'UDC à Einsiedeln (SZ), les cadres du parti se réunissaient sur le Grütli, en présence du conseiller fédéral Ueli Maurer. Les représentants «des cantons des Waldstätten» s'y engageaient à fonder une nouvelle Confédération si la Suisse venait à adhérer à l'Union européenne.

(ap)